Quand François Hollande s’inspire de la campagne de Barack Obama

Un café avec des sympathisants, le retour du porte-à-porte d’ampleur pour convaincre les abstentionnistes des quartiers populaires… François Hollande emprunte à Barack Obama des techniques de campagne qui ont fait leurs preuves.

\"Voulez-vous prendre un café avec François Hollande?\", propose le site du candidat
"Voulez-vous prendre un café avec François Hollande?", propose le site du candidat (FRED DUFOUR / AFP POOL / AFP)

Un café avec des sympathisants, le retour du porte-à-porte d'ampleur pour convaincre les abstentionnistes des quartiers populaires… François Hollande emprunte à Barack Obama des techniques de campagne qui ont fait leurs preuves.

Barack Obama est une référence en matière de communication politique et de stratégie électorale. François Hollande et ses équipes le savent et s'en inspirent même si Ségolène Royal assurait, en 2009, que c'est elle qui avait inspiré le démocrate états-unien.

Un diner avec Obama, un café avec Hollande

A l'image du président américain, qui, lorsqu'il était candidat avait monté l'opération "a dinner with Barack" (en français, un diner avec Barack), le candidat socialiste propose quant à lui de rencontrer ses sympathisants autour d'un café. Une manifestation plus modeste. Du Obama "low cost" en somme, la force de frappe du PS n'étant pas celle du Parti démocrate.

"Voulez-vous prendre un café avec François Hollande ?", propose ainsi le site francoishollande.fr. Une manière de récupérer des coordonnées de militants ou sympathisants socialistes afin d'agrandir la base de données, déjà fournie grâce à la primaire, des équipes de campagne.

Pour déguster ce café avec le député de Corrèze, l'internaute intéressé est ainsi invité à laisser ses coordonnés et à "indiquer" les "adresses mail de trois de (vos) proches qui s'intéressent à la campagne présidentielle". Enfin, il doit soumettre la question qu'il souhaite poser au favori des sondages de la prochaine élection présidentielle.

5 millions de foyers à convaincre

"5 personnes tirées au sort rencontreront François Hollande lundi 12 mars pour un moment d'échange convivial autour d'un café à son QG de campagne à Paris", explique le site web de François Hollande.

Au-delà de cet "échange convivial" autour d'un café, l'équipe de campagne de François Hollande s'inspire également de la campagne du président américain afin de convaincre les abstentionnistes des quartiers populaires. Soit 5 millions de foyers à convaincre d'aller voter.

Comme M. Obama, M. Hollande remet ainsi à la mode l'ancienne technique du porte-à-porte à grande échelle, délaissée au profit d'une stratégie web offensive. Leur cible: les quartiers populaires en Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, dans le nord ou le centre de la France.

10 000 "mobilisateurs" espérés

"On a été tous marqués par l'abstention dans les quartiers populaires lors des dernières élections", soulignait à l'AFP Vincent Feltesse, chargé de la web campagne du candidat PS. "Avec l'élection de Barack Obama en 2008, on a assisté à une forme de renouveau du militantisme".

Pour le moment, François Hollande et son staff ne disposent que de 3 600 "mobilisateurs". Ils espèrent en dénicher 10 000, chargés d'une importante mission, celle de mobiliser à leur tour 150 000 volontaires pour cette campagne de terrain.

Analysant les résultats électoraux depuis 2002 bureau de vote par bureau de vote, le Parti socialiste a fixé comme "cible principale les abstentionnistes de gauche", dixit Vincent Feltesse. "Des gens qui, naturellement, voteraient à gauche mais pour différentes raisons, n'ont pas forcément envie de se déplacer".