Les socialistes préfèrent Valls à Hollande pour la présidentielle

Les trois quarts des sympathisants du PS souhaitent par ailleurs que le parti organise une primaire interne, que François Hollande souhaite se représenter ou non.

François Hollande et Manuel Valls, le 20 mai 2015 à l\'Elysée, après le Conseil des ministres.
François Hollande et Manuel Valls, le 20 mai 2015 à l'Elysée, après le Conseil des ministres. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Le changement, c'est pour 2017 ? Les Français en général comme les sympathisants du Parti socialiste préféreraient nettement Manuel Valls à François Hollande pour représenter cette formation à la présidentielle, indique en tout cas un sondage OpinionWay pour Le Figaro et LCI publié dans le quotidien vendredi 5 juin.

La primaire plébiscitée, candidature de Hollande ou pas

Alors que le congrès du parti s'ouvre à Poitiers (Vienne), 25% des Français choisiraient Manuel Valls dans cette éventuelle primaire ouverte, 12% Martine Aubry, 8% Arnaud Montebourg et 7% François Hollande. Enfin, 47% ne choisiraient "aucune de ces personnalités". Parmi les sympathisants du PS, 42% choisiraient le Premier ministre, 27% l'actuel chef de l'Etat, 18% la maire de Lille et 3% l'ancien ministre du Redressement productif.

Les sympathisants du PS souhaitent également à 76% que le PS "organise quand même des primaires pour désigner son candidat à la présidentielle" même "si François Hollande se représente en 2017".

Une large majorité favorable à un virage à gauche

42% de ces sympathisants jugent que le parti de la rue de Solférino vit "une crise profonde et durable", 58% "une crise passagère". 56% (+3 par rapport à décembre 2014) d'entre eux souhaitent que le parti fasse des propositions "plus à gauche" qu'actuellement, 35% (-1) "comparables" et 9% (-2) "moins à gauche".

Enfin, seuls 6% des sympathisants souhaitent un changement de nom du PS, 94% y étant opposés.

Sondage réalisé en ligne les 3 et 4 juin 2015 auprès d'un échantillon de "1 006 personnes représentatif de la population âgée de 18 ans et plus" selon la méthode des quotas, et d'un autre échantillon de "512 sympathisants du PS, issu d'un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus". "Marges d'incertitude respectivement de 2 à 3 points et de 2 à 4,5 points".