L'ancienne ministre Delphine Batho annonce sa candidature à la tête du PS

La députée des Deux-Sèvres est la cinquième candidate déclarée à la tête du PS, après Stéphane Le Foll, Olivier Faure, Luc Carvounas et Emmanuel Maurel.

L\'ex-ministre PS de l\'Ecologie Delphine Batho, le 19 mars 2013, lors d\'une séance de questions au gouvernement à l\'Assemblée nationale, à Paris. 
L'ex-ministre PS de l'Ecologie Delphine Batho, le 19 mars 2013, lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, à Paris.  (PATRICK KOVARIK / AFP)

Delphine Batho a annoncé sa candidature au poste de premier secrétaire du Parti socialiste, dans un entretien au Parisien paru lundi 15 janvier. L'ex-ministre PS de l'Ecologie devient la cinquième candidate déclarée à la tête du PS, après l'ancien porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll, le patron des députés PS, Olivier Faure, le député du Val-de-Marne Luc Carvounas et le député européen Emmanuel Maurel.

Je ne peux pas laisser faire ! Je suis candidate pour l'espérance et changer le système.Delphine Bathoau Parisien

Frondeuse, elle critique un parti dont elle espère "changer le système" et s'en prend déjà à l'organisation du congrès : "Je conteste de A à Z les modalités d'organisation de ce congrès de confiscation, dans ce qui n'est plus un parti mais une petite mafia politique avec ses parrains, ses lieutenants, ses exécutants."

"Le verrouillage de l'appareil, ça suffit !"

La députée Nouvelle Gauche des Deux-Sèvres affirme être "une candidate libre" qui se présente "sans les parrains, sans les barons, sans les fausses cartes, en dehors de tout courant". "Que les choses soient claires, j'irai jusqu'au bout. Les liquidateurs de l'espérance, le verrouillage de l'appareil, ça suffit !", assure Delphine Batho.

Elle "lance un appel à la mobilisation, à tous ceux qui refusent ce système : venez-vous battre, forcez les portes". Concernant les candidats annoncés, ce sont "ceux de la reconduction du même système", déplore l'ex-ministre avant de préciser : "En aucun cas, je n'aurais été candidate contre Najat Vallaud-Belkacem." Cette dernière a annoncé le 3 janvier qu'elle ne briguerait pas la tête du parti lors de son congrès en avril.