Inflation : "On pourrait bloquer les prix sur les produits de première nécessité", estime Olivier Faure (PS)

Publié
Durée de la vidéo : 11 min
Olivier Faure, premier secrétaire du PS, était l’invité des "4 Vérités", vendredi 8 septembre. -
Inflation : « On pourrait bloquer les prix sur les produits de première nécessité », estime Olivier Faure (PS) Olivier Faure, premier secrétaire du PS, était l’invité des "4 Vérités", vendredi 8 septembre. - (France 2)
Article rédigé par France 2 - J. Wittenberg
France Télévisions
Olivier Faure, premier secrétaire du PS, était l’invité des "4 Vérités", vendredi 8 septembre.

Olivier Faure, premier secrétaire du PS, et invité des "4 Vérités", vendredi 8 septembre, a reçu la lettre de synthèse d’Emmanuel Macron sur les Rencontres de Saint-Denis. "C’est l’opération d’un camouflage, d’une impuissance, [d’un] président qui n’a plus de majorité à l’assemblée et en même temps d’une absence réelle de volonté de dialogue", explique-t-il. "Les seuls sujets que le chef de l’État retient sont des sujets qui sont plutôt secondaires", ajoute-t-il.

Européennes : "Les socialistes auront à voter le 5 octobre prochain"

Selon le premier secrétaire du PS, l’inflation aurait dû faire partie des sujets retenus. "On pourrait aussi bloquer les prix sur les produits de première nécessité, faire en sorte d’aller vers un marché qui soit abordable pour tous les Français", estime-t-il.

Une tension existe au sein du Parti socialiste entre Olivier Faure et Nicolas Mayer-Rossignol. "Moi je ne suis pas prêt à tourner le dos à l’union des forces de gauche et écologistes qui est la seule façon de l’emporter en 2027. Aux européennes, regardez ce qu’il se passe en Espagne, Sumar, la gauche radicale, et le PSOE, les socialistes espagnols, vont partir séparés. […] Les socialistes auront à voter le 5 octobre prochain, ils diront ce qu’ils veulent. […] Je ne veux pas qu’on laisse interpréter l’idée même de listes séparées comme la volonté de se désunir", développe Olivier Faure.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.