Cet article date de plus de sept ans.

Grenoble : ce que l'on sait des tirs sur le siège du PS

Des coups de feu ont été entendus vers 1 heure, dans la nuit de dimanche à lundi, par une habitante du quartier.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min
Le siège du PS de Grenoble (Isère) a été touché par des tirs d'arme à feu, dans la nuit du samedi au dimanche 22 mai. (CHRISTOPHE AGOSTINIS / MAXPPP)

Après la dégradation à plusieurs reprises du siège du PS à Lille (Nord) la semaine dernière, c'est au tour de celui de Grenoble, dans l'Isère, d'être la cible d'une attaque. Dans la nuit de dimanche à lundi, la devanture du siège de la fédération grenobloise a été visée par des tirs d'armes à feu, rapporte la police. Francetv info fait le point.

Douze impacts de balles sur le volet mécanique

Capture écran Google Maps du siège PS de Grenoble (Isère) le 23 mai. (GOOGLE MAPS)

Situé au rez-de-chaussée d'un bâtiment de 5 étages situé rue Nicolas-Chorier, dans le centre-ville de Grenoble, près de la gare, le siège isérois du PS a été visé dans la nuit de dimanche à lundi vers 1 heure du matin par des tirs d'arme à feu.

"Il y a une douzaine d'impacts sur le volet mécanique. Du verre a été brisé, détaille la police au Dauphiné Libéré. Six étuis de munitions de calibre 9 mm ont été retrouvés sur la chaussée." Selon le quotidien, les projectiles sont toujours visibles devant la devanture du PS. Une enquête pour "dégradation volontaire avec arme" a été ouverte et confiée à la Sûreté départementale de l'Isère.

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a aussi confirmé que "12 tirs d'armes à feu" ont été tirés contre le local. Dans un communiqué, il dénonce "une atteinte insupportable à la vie démocratique dans notre pays" et "condamne avec la plus grande fermeté (...) ces actes inacceptables".

Une arme automatique probablement de calibre 9 mm

L'arme utilisée est une arme automatique, probablement de calibre 9 mm, détaille Le Dauphiné Libéré. Deux rafales séparées de quelques minutes ont été entendues par les riverains dans la nuit. Il est possible que le ou les auteurs des tirs aient fait feu depuis un véhicule qui serait donc passé à deux reprises devant le siège du PS.

Les premières constatations sont en cours, ainsi que les auditions de témoins potentiels dans les immeubles environnants, note France Bleu Isère.

Le(s) auteur(s) des tirs en fuite

Le(s) auteur(s) des tirs ont pris la fuite dans la nuit. Alertée par des riverains, la police a d'abord cherché à localiser un ou des individus armés, en vain. Aucune revendication n'a été retrouvée sur place

Depuis plusieurs semaines, plusieurs locaux du Parti socialiste ont fait l'objet d'actes de vandalisme dans le cadre de la mobilisation contre la loi Travail"Nous appelons l'ensemble de la classe politique et des responsables syndicaux à réagir à cette dérive funeste inconnue depuis les années 1930. Un nouveau seuil a été franchi cette nuit", a commenté le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.