Comptes de campagne d'E. Macron : Olivier Faure (PS) appelle à vérifier que GL Events "n'a pas bénéficié de contrats avec la puissance publique"

L'entreprise d'événementiel aurait accordé des rabais au candidat Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle de 2017.

Le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure, dimanche 6 mai dans l\'émission \"Questions politiques\" sur France Inter et franceinfo.
Le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure, dimanche 6 mai dans l'émission "Questions politiques" sur France Inter et franceinfo. (RADIO FRANCE / QUESTIONS POLITIQUES)

Le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure a appelé dimanche 6 mai à vérifier que GL Events "n'a pas bénéficié, depuis [la campagne présidentielle] de contrats avec la puissance publique". Emmanuel Macron aurait reçu des rabais de la part de la société lors de la campagne présidentielle de 2017. 

Invité de l'émission "Questions politiques" sur France Inter et franceinfo, Olivier Faure a déclaré : "Je voudrais que nous puissions vérifier que le conflit d'intérêt n'a pas été au-delà de l'élection présidentielle. Il faut vérifier que cette entreprise n'a pas bénéficié, depuis, de contrats avec la puissance publique, que ça n'a pas servi à autre chose", explique-t-il.

Le premier secrétaire du PS souhaite une autosaisine du parquet financier

Interrogé sur une éventuelle saisine du parquet financier, le premier secrétaire du Parti socialiste dit souhaiter que le PNF s'autosaisisse "s'il pense qu'il y a matière à enquêter" : "La commission des comptes de campagne, vous savez très bien qu'elle a un rôle qui est un rôle a posteriori, et que ses capacités d'enquête son extrêmement limitées, donc je souhaiterais, effectivement, aujourd'hui, que le parquet financier, s'il pense qu'il y a matière à enquêter puisse s'autosaisir et faire en sorte que, sur ce sujet, il y ait un droit de suite, et que ce soit un droit de suite judiciaire."

"Quand on y pense, la première loi qu'Emmanuel Macron a fait voter au parlement est une loi sur la confiance dans la vie publique, dont le sujet principal était le conflit d'intérêt. Or, que découvre-t-on ? On découvre qu'il y a des ménages qui sont très curieux : il y a des salariés qui sont venus investir dans la campagne visiblement. Et, au lendemain de la campagne, Emmanuel Macron - qui n'a pas en tant que président, d'amis, nous disait-il l'autre jour - a visiblement des amis qu'il a maintenus et qui, eux-mêmes, ont été des amis utiles dans la campagne, et qui ont effectivement été auteurs de cadeaux", ajoute Olivier Faure.