Cet article date de plus de dix ans.

Présidentielle : l'écart se resserre entre Sarkozy et Hollande

Selon un sondage CSA réalisé après l'entrée officielle en campagne du président-candidat, Nicolas Sarkozy gagne des points au premier, comme au second tour. François Hollande l'emporterait toujours au second tour.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
François Hollande (PS) devance d'un point seulement Nicolas Sarkozy (UMP) dans les intentions de vote au 1er tour de la présidentielle, selon un sondage CSA réalisé le 20 février 2012. (ERIC FEFERBERG / FRED DUFOUR / AFP)

L'écart s'amenuise entre le candidat socialiste et le président-candidat de l'UMP. François Hollande (PS) devance d'un point seulement Nicolas Sarkozy (UMP) dans les intentions de vote au 1er tour de la présidentielle, perdant deux points à 28 % tandis que son adversaire en gagne un à 27 %, selon un sondage CSA pour BFMTV / RMC / 20Minutes effectué après l'entrée officielle en campagne du président-candidat et diffusé le mardi 21 février. Au second tour, François Hollande l'emporterait par 56% (-4) des voix contre 44% (+4) à Nicolas Sarkozy.

Marine Le Pen (FN) est créditée de 17 % (-0,5 %), François Bayrou de 11 % (-2), Jean-Luc Mélenchon de 9 % (+1). Viennent loin derrière Eva Joly (3 %, +1), Dominique de Villepin (2 %, +1), Nicolas Dupont-Aignan (1,5 %, +1). Corinne Lepage, Nathalie Arthaud, Philippe Poutou, Frédéric Nihous sont à 0, 5%. 17 % des personnes interrogées n'ont pas exprimé d'intentions de vote pour le 1er tour, et 19 % pour le second. 58 % se déclarent sûres de leur choix pour le 1er tour, 76 % pour le second.

Jugements mitigés sur l'entrée en campagne de Sarkozy

D'autre part, 48 % des personnes interrogées trouvent que Nicolas Sarkozy a fait une bonne entrée en campagne (7 % "très bonne", 41 % "assez bonne"), contre 46 % d'avis opposés (25 % "assez mauvaise", 21 % "très mauvaise").

59 % jugent que ses valeurs et thèmes de campagne sont "plutôt de nature à diviser les Français", 34 % pensant au contraire qu'ils sont "plutôt de nature à (les) rassembler". 7% ne se prononcent pas. 56 % estiment que les propositions du candidat "ne correspondent pas" à la politique qu'il a menée à l'Elysée, 38 % pensant le contraire. 6 % ne se prononcent pas.

Les propositions du président-candidat séduisent peu

Le candidat UMP peine à convaincre : 58 % le trouvent "plutôt pas convaincant" quand il parle des réformes en général (contre 40 % le jugeant "plutôt convaincant"). Le rapport, très défavorable, est de 64-34 quand il s'agit de son bilan, 62-32 quand il s'agit de la formation et de l'indemnisation sous conditions des chômeurs, 63-30 s'agissant du recours accru au référendum, 69-29 lorsque le président-candidat parle "des problèmes des gens comme vous". En revanche, 64 % sont favorables (23 % opposés) à l'introduction d'une part de proportionnelle pour les législatives, la question posée n'étant toutefois pas reliée à une proposition à ce sujet faite dimanche à Marseille par le candidat.

Interrogées sur leur pronostic de victoire, 39 % des personnes interrogées (-9) citent François Hollande, 32% Nicolas Sarkozy (+3), 18% un autre candidat. 11% ne se prononcent pas.

 

Ce sondage a été réalisé par téléphone le 20 février auprès d'un échantillon représentatif de 969 personnes âgées de 18 ans et plus (méthode des quotas) dont ont été extraites 891 personnes inscrites sur les listes électorales.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.