Cet article date de plus de neuf ans.

Pouvoir d'achat : les Français ne font pas confiance à Valls

D'après le baromètre Viavoice-BPCE pour les Echos et France Info, publié ce jeudi, les Français restent sceptiques sur la question du pouvoir d'achat. Près de deux Français sur trois (64%) ne font pas confiance à Manuel Valls, le nouveau Premier ministre, pour améliorer leur pouvoir d'achat dans les mois et les années qui viennent.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Maxppp)

Scepticisme, c'est le mot
qui résume l'état d'esprit des Français interrogés pour le baromètre
Viavoice-BCPE pour les Echos et France Info. Une majorité de Français, 64%, ne
font pas confiance à Manuel Valls pour améliorer leur pouvoir d'achat. Un chiffre
qui dépasse grandement les clivages sociaux puisque l'ensemble des catégories
sociales sont défiantes.

Dans le détail, les Français
sont toujours inquiets alors que le nouveau Premier ministre bénéficie toujours
d'une solide popularité. Ceci peut s'expliquer par le contexte économique
tendu, les salaires en bernes, la hausse du chômage et la fiscalité élevée.

Par ailleurs, les mesures
annoncées par le gouvernement avec six à huit milliards d'euros prévus pour les
ménages modestes ne rassurent pas puisque dans le même temps la priorité reste
la baisse de la fiscalité des entreprises à hauteur de 30 milliards d'euros et
la lutte contre les déficits.

Inquiétude sur les tarifs EDF

Ainsi, une très large majorité des sondés (72%) jugent "symboliques"
la baisse des cotisations salariales sur les salaires jusqu'à
1,3 fois le Smic à partir du 1er janvier prochain et jugent
"déséquilibrée" la politique gouvernementale entre le Pacte de
responsabilité ambitieux pour les entreprises et un Pacte de responsabilité
jugé encore trop timide pour les ménages.

Autre fait notable de cette
enquête, les Français sont très inquiets par rapport aux dépenses
d'électricité. 37% d'entre eux, neuf points de plus par rapport au mois
précédent, se disent préoccupés par ces dépenses. Ceci est dû à l'annulation
par le Conseil d'État de la hausse de 2% des tarifs réglementés d'EDF pour la
période de juillet 2012 à juillet 2013. Cela pourrait donner lieu à une hausse
rétroactive de la facture d'électricité pour les foyers français.

publié par [France_Info.fr](https://www.youscribe.com/france_info.fr/)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.