Policiers attaqués : "une situation prise très au sérieux au sommet de l'État"

En direct de Viry-Châtillon, dans l'Essonne, Diane Schlienger fait le point sur les réactions politiques, suite à l'attaque au cocktail Molotov de deux voitures de police. 

France 2

Deux voitures de policiers ont été attaquées au cocktail Molotov à Viry-Châtillon dans l'Essonne, ce samedi 8 octobre. L'affaire devient très politique. Ce soir, le président de la République François Hollande a condamné très fermement cette attaque, réclamant "une peine à la mesure de la gravité des événements". "Bernard Cazeneuze, le ministre de l'Intérieur, doit aussi se déplacer sur les lieux ce samedi 8 octobre. Il se rendra d'abord sur les lieux de l'agression avant d'aller à l'hôpital, au chevet des policiers blessés", explique Diane Schlienger, en direct de Viry-Châtillon, dans l'Essonne.

Les policiers demandent justice

Dans un communiqué, François Hollande parle d'une attaque "intolérable et inqualifiable". "Signe que la situation est prise très au sérieux au sommet de l'État. Certes, le quartier de la Grande Borne est connu comme très sensible, mais c'est la première fois qu'une agression de cette ampleur a lieu contre les forces de l'ordre. Ce soir, la situation est assez tendue entre policiers et habitants. Des policiers choqués, émus, qui réclament justice pour leurs collègues", complète la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Quatre policiers ont été blessés après avoir été la cible de cocktails molotov dans la cité de la Grande Borne, située à cheval sur les communes de Grigny et Viry-Châtillon (Essonne), le 8 octobre 2016.
Quatre policiers ont été blessés après avoir été la cible de cocktails molotov dans la cité de la Grande Borne, située à cheval sur les communes de Grigny et Viry-Châtillon (Essonne), le 8 octobre 2016. (FRANCE 3)