Cet article date de plus d'onze ans.

Philippe de Villiers souhaite que "la composante souverainiste de la majorité soit "davantage prise en compte"

Si ce n'est pas le cas, il menace de ne pas soutenir Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle de 2012.Dans un communiqué publié samedi à l'issue d'une réunion de ses responsables en Conseil national à Paris, le MPF lance une mise en garde au chef de l'Etat, qu'il avait soutenu lors du dernier scrutin présidentiel.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Philippe de Villiers en mars 2010 (AFP/LIONEL BONAVENTURE)
Si ce n'est pas le cas, il menace de ne pas soutenir Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle de 2012.

Dans un communiqué publié samedi à l'issue d'une réunion de ses responsables en Conseil national à Paris, le MPF lance une mise en garde au chef de l'Etat, qu'il avait soutenu lors du dernier scrutin présidentiel.

"Le Mouvement pour la France a fait partie du comité de liaison de la majorité présidentielle pour y porter les valeurs d'une droite nationale de convictions et pour en constituer l'aile souverainiste", peut-on lire.

"Si, au cours des prochains mois, ces valeurs ne sont pas réaffirmées sans ambiguïté et si la composante souverainiste de la majorité n'est pas davantage prise en compte, nous ne pourrons plus, dans la perspective des échéances électorales de 2012, apporter notre soutien à Nicolas Sarkozy", ajoute-t-on.

Le MPF avait obtenu 2,23% des voix en 2007
Le parti créé par Philippe de Villiers en 1994 ajoute toutefois être prêt au dialogue. "Nous ne fermons aucune porte. Nous n'excluons aucune hypothèse", écrit-il. "Tout reste à définir. Tout reste possible".

Candidat à l'élection présidentielle en 2007, après l'avoir été en 1995, Philippe de Villiers avait obtenu 2,23% des voix au premier tour et soutenu Nicolas Sarkozy au second, avant de se rapprocher de l'UMP, le parti présidentiel.

Philippe de Villiers a quitté en octobre dernier ses fonctions au Conseil général de Vendée, qu'il présidait depuis 22 ans. Il demeure député européen, mandat pour lequel il a été réélu en 2009.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.