Pas de large accord à gauche pour les législatives

L'ensemble des partis de gauche n'ont pas réussi à se mettre d'accord pour les législatives de juin prochain. Ils tentaient de présenter un seul candidat dans les circonscriptions où la gauche risquait d'être éliminée dès le premier tour.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Le Parti communiste français et le Parti de gauche ont
annoncé qu'ils n'avaient pas trouvé d'accord avec le Parti socialiste et Europe
écologie-Les verts pour les législatives des 10 et 17 juin. Les quatre partis
discutaient de la possibilité de signer un tel accord dans les circonscriptions
où il y avait un risque d'élimination de la gauche dès le premier tour en raison
de la présence du Front national.

Les négociations "n'ont pas abouti et elles n'aboutiront
pas"
, a expliqué Lydie Benoit responsable élections au PCF. De son côté,
Eric Coquerel, secrétaire national du Parti de gauche a précisé :

"Il
n'y a pas d'accord avec le Parti de gauche, donc pas d'accord avec le Front de
gauche."

Au premier tour de la présidentielle le candidat du Front de
gauche Jean-Luc Mélenchon avait obtenu 11,11% des voix.

L'absence d'accord résulte de plusieurs facteurs. Selon le
PCF et le PG, les discussions ont achoppé sur la question du nombre de circonscriptions
que le PS laissait à ses partenaires. Autre problème, cette fois-ci interne :
les deux partis d'extrême-gauche n'ont pas réussi à se mettre d'accord entre
eux. Eric Coquerel réclamait une circonscription gagnable pour le Parti de
gauche.

"Ça nous a toujours été refusé, quelle que soit la
proposition que nous faisions. À partir de là, ce  n'est plus un accord, c'est un diktat. Or ce n'est
pas notre style."

Les candidats ont jusqu'à ce soir,
18 h, pour déposer leurs candidatures.