Elsa Faucillon (PCF) : "Les Français veulent de l'égalité et de la liberté, et pas du libéralisme économique ni du ressentiment"

Elsa Faucillon, député PCF des Hauts-de-Seine, est l'invitée politique du Soir 3 dimanche 7 juillet.

France 3

"Le gouvernement avait la possibilité d'écouter et de négocier avec les enseignants. Le choix a été fait de l'entêtement et du bricolage" lors de ces épreuves du baccalauréat alors que "ça fait des mois et des mois que les professeurs se mobilisent sur des questions qui touchent à l'avenir des lycéens", commente la députée communiste Elsa Faucillon.

"Le ministre de l'Éducation nationale se transforme en mur. Il doit écouter et entamer les négociations", appelle l'élue des Hauts-de-Seine dans le Soir 3 dimanche 7 juillet.

Rassemblement à gauche "essentiel"

"Les élections municipales sont l'opportunité de se parler, trouver des formes plus citoyennes. Les partis de gauche ont le devoir de se mettre autour d'une table et de parler projets, démarches et stratégies" pour conquérir des communes, qui sont "des lieux de solutions, de créations et de combats", explique-t-elle.

Elsa Faucillon "ne veut pas du duel néo-libéraux/néo-fachos". La question du rassemblement à gauche "est essentielle, car aucun parti à gauche ne peut caporaliser les autres. Pour avancer, il faut se parler, discuter, parfois se disputer, mais surtout bâtir du commun, car les Français veulent de l'égalité et de la liberté, et pas du libéralisme économique ni du ressentiment", conclut la députée PCF.

Le JT
Les autres sujets du JT
Elsa Faucillon (PCF)
Elsa Faucillon (PCF) (France 3)