Cet article date de plus de dix ans.

Parrainages de Marine Le Pen : Bayrou fait chou blanc

Le leader du MoDem lançait hier l’idée de réunir les grands partis politiques au cas d'échec de Marine Le Pen ne à rassembler les 500 signatures nécessaires pour se lancer dans la course à l’Elysée. Aujourd’hui, François Bayrou fait l’unanimité... contre lui.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Première concernée par les propos de François Bayrou, Marine Le Pen repousse le candidat du MoDem tout en le remerciant : "Je n'ai pas à les appeler à l'aide (les grands partis politiques, ndlr). Ce n'est pas moi que je défends, ce sont les millions de Français qu'on cherche à faire disparaître de cette élection présidentielle" .               La candidate du Front national salue le "comportement républicain" et "démocrate" du leader du MoDem, mais "je n'ai pas à lui dire merci", précise-t-elle.

Au Parti Socialiste :

Le porte parole du PS Benoit Hamon se demande s’il "y a une volonté vraiment de trouver des parrainages ou si c'est une forme de clin d'oeil à une partie de l'électorat en disant : "moi j'ai fait quelque chose pour qu'elle (Marine Le Pen) les obtienne"

A l’UMP :

Le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, assure qu'il "n'imagine pas un instant une réunion au sommet des partis politiques" . Avant d’ajouter : "Ca n'aurait pas de sens. C'est contraire à l'esprit de la Ve République et ça donnerait l'impression d'un tripatouillage politique".  

Au Front de gauche :

Le co-directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, Olivier Dartigolles, s’insurge : "Quelle tambouille ! Voici ce que sont devenues les institutions de la Ve République : un téléthon en faveur de la candidature lepéniste !".

Chez les Verts :

Eva Joly, cinglante : "Ce n'est pas mon problème, il ne faut pas compter sur moi, les règles sont les mêmes pour tous et je veux qu'elles soient respectées".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.