Paris : les adhérents PCF commencent à voter sur la stratégie pour les municipales

Ils ont jusqu'à samedi 18 heures pour choisir s'ils souhaitent ou non s'allier aux socialistes dès le premier tour.

Le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, lors d\'un discours à Malo-les-Bains (Nord), le 26 août 2010. Depuis quelques semaines, ses relations avec Jean-Luc Mélenchon du Parti de gauche, se sont tendues.
Le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, lors d'un discours à Malo-les-Bains (Nord), le 26 août 2010. Depuis quelques semaines, ses relations avec Jean-Luc Mélenchon du Parti de gauche, se sont tendues. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Le PCF doit-il s'allier aux socialistes dès le premier tour des municipales à Paris ? C'est pour répondre à cette question que les 2 000 adhérents parisiens du parti communiste sont appelés à voter depuis jeudi 17 octobre dans leurs sections d'arrondissement. Ils ont jusqu'à samedi 18 heures.

Plus précisément, ils ont le choix entre d'une part l'option de l'alliance dès le premier tour avec les listes PS d'Anne Hidalgo, et d'autre part celle d'aller à la bataille avec les principales composantes du Front de gauche dont le Parti de gauche (PG) de Jean-Luc Mélenchon. Le vote s'annonce serré, selon la fédération PCF de Paris qui l'organise.

Mélenchon met la pression aux communistes

Et le choix est cornélien. Le parti communiste est allé à l'élection présidentielle avec Jean-Luc Mélenchon. Mais, cette fois, il choisit le parti socialiste pour les élections municipales à Paris. A vrai dire, ce choix n'est pas une nouveauté. En 2001 et 2008, déjà, le PCF s'était allié dès le premier tour aux socialistes, afin de peser un peu sur la mairie.

Mais, cette fois, le PG a fait de ce vote un symbole en affirmant que "l'avenir du Front de gauche est en jeu". Jean-Luc Mélenchon, dont les relations avec le numéro un communiste Pierre Laurent se sont détériorées depuis l'été, a déploré "l'exemple désastreux" donné par les dirigeants du PCF à Paris, favorables au choix pro-PS. Début octobre le conseil départemental du PCF a voté à 67% pour une résolution défendant un "accord stratégique et programmatique avec le PS parisien".