OTAN : un sommet sous tension

Le sommet de l'OTAN commence ce vendredi 8 juillet à Varsovie (Pologne). L'Alliance atlantique pourrait intégrer de nouveaux pays européens comme la Géorgie qui frappe à la porte. Une situation qui déplait à la Russie.

FRANCE 2

Après deux semaines d'exercice, c'est le bouquet final à la base militaire de Vaziani. Nous sommes en Géorgie, à 70km à peine au sud de la frontière russe. Sur ce terrain de manœuvre, 650 militaires américains, 150 Britanniques et un demi-millier de Géorgiens. Le genre d'images qui met de très mauvaise humeur Vladimir Poutine et les stratèges du Kremlin, car la petite république du Caucase est bien décidée à devenir au plus vite membre de l'OTAN. Que cela plaise ou non à la Russie.

Se placer sous la protection de l'OTAN

"La Géorgie est un pays indépendant qui prend ses propres décisions et fait ses propres choix. Dès que la Russie l'aura compris et nous traitera comme tel, les choses iront mieux pour tout le monde", indique la ministre géorgienne de la Défense. Aucun calendrier n'est encore fixé, mais pour la Géorgie intégrer l'Alliance atlantique, se placer sous sa protection, c'est la priorité. Depuis son indépendance en 1991, la Géorgie a perdu 20% de son territoire : l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud qui ont fait sécession et que Moscou s'est pressée de reconnaitre.
Le sommet de l'OTAN commence ce vendredi 8 juillet à Varsovie (Pologne) avec un parfum de guerre froide.

Le JT
Les autres sujets du JT