Cet article date de plus de neuf ans.

Nouvelles frictions entre écologistes et verts sur la question du nucléaire

Alors qu'Arnaud Montebourg avait créé la polémique quelques jours auparavant en déclarant que le nucléaire était une "filière d'avenir", la ministre de l'Écologie et de l'Énergie a annoncé jeudi durant l'université d'été du Medef que la France a durablement besoin de cette énergie. La ministre s'est également positionnée mercredi en faveur de la construction de l'aéroport de Notre-Dames-des-landes. Des déclarations qui attisent un peu plus la colère des Verts.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Maxppp)

"Je considère que le nucléaire est une filière
d'avenir"
. C'est ce qu'avait déclaré lundi le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg avant de s'attirer les foudres des Verts. Interrogée lors de l'université du Medef sur le sujet, la ministre de l'Écologie et de l'Énergie a déclaré : "la France a durablement besoin du nucléaire" tout en développant massivement les énergies renouvelables en parallèle.

La ministre n'a pas manqué de rappeler les engagements de François Hollande pendant la campagne électorale, matérialisés dans un accord entre le PS et les Verts : faire passer de 75% à 50% la part du nucléaire dans la production d'électricité en France d'ici 2025.

Pas une opposition mais une complémentarité

Pour autant, selon la socialiste, "pour des raisons de sécurité
d'approvisionnement en électricité, pour des raisons évidemment aussi de coûts
et de compétitivité de l'accès à l'énergie",
la filière nucléaire doit être maintenue. Cette dernière a précisé que les socialistes ne perçoivent pas les choses "en opposition mais en complémentarité et nous pensons qu'on peut maintenir les
emplois dans le nucléaire et développer l'emploi dans le
solaire, dans l'éolien, dans la géothermie, dans les énergies marines".

Par ailleurs, Delphine Batho s'était positionné en faveur de la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-landes mercredi, un projet contesté par les écologistes et les associations locales. Les déclarations socialistes des derniers jours suscitent donc des frictions entre roses et verts à quelques semaines de la conférence environnementale.

Noël Mamère, "tombé de l'armoire"

Le député d'Europe Écologie Les Verts (EELV), Noël Mamère, a réagit chaudement aux propos de la ministre déclarant qu'il était "tombé de l'armoire" en les apprenant. Le député girondin déplore "une avalanche massive de coups que sont en train de subir les écologistes" .

"Est-ce que les socialistes veulent que la conférence environnementale tourne au fiasco ?" (Noël Mamère)

Ce dernier en vient même à se demander si l'objectif recherché par les socialistes est de "préparer dans de mauvaises conditions la conférence environnementale" prévue à la mi-septembre. "C'est aux socialistes de nous expliquer ce qu'ils cherchent" , a ajouté le maire de Bègles, qui voit dans ces propos, non pas "des  déclarations isolées" mais "une action concertée et préméditée" . Selon lui, "les propositions des écologistes sont aujourd'hui méprisées et oubliées" .

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.