"Un grand pas vers l'apaisement" : à Notre-Dame-des-Landes, 41 dossiers de régularisation ont été reçus par la préfecture

Nicole Klein, préfète de Loire-Atlantique, a expliqué, mardi, à l'occasion d'un déplacement à Notre-Dame-des-Landes, que 21 projets étaient liés à l'agriculture sur les 41 reçus par la préfecture.

Nicole Klein, préfète de Loire-Atlantique, le 26 janvier 2018, à l\'occasion d\'un déplacement à Notre-Dame-des-Landes.
Nicole Klein, préfète de Loire-Atlantique, le 26 janvier 2018, à l'occasion d'un déplacement à Notre-Dame-des-Landes. (FRANCK DUBRAY / POOL)

La préfète de Loire-Atlantique, Nicole Klein, a confirmé, mardi 24 avril, avoir reçu 41 projets de zadistes souhaitant régulariser leur situation. En déplacement à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), la représentante de l'État était venue signer une convention "d'occupation précaire" avec quatre agriculteurs historiques de Notre-Dame-des-Landes, expropriés à l'époque où l'aéroport était encore en projet.

Quelques heures après la fin de l'ultimatum imposé aux occupants du site proche de Nantes, Nicole Klein a expliqué que "le processus de retour à l'état de droit doit maintenant se poursuivre". La représentante de l'État se dit "déterminée et confiante".

21 projets liés à l'agriculture

Sur les 41 dossiers de régularisation reçus en préfecture, se trouvent 21 projets directement liés à l'agriculture. Pour les 13 autres, "dans la majorité des cas, il ne devrait pas y avoir de problème", a assuré Nicole Klein. L'un des projets prévoit d'installer une bibliothèque sur l'ancienne ZAD. "Après tout, on lit aussi à la campagne", a commenté la préfète.

Si tous les occupants de Notre-Dame-des-Landes n'ont "probablement pas" déposé un dossier, Nicole Klein salue "un grand pas vers l'apaisement". "C'est la première fois depuis des années qu'on sait qui habite là et qui fait quoi", a déclaré la préfète de Loire-Atlantique, avant d'ajouter : "Maintenant, il y a des gens qui ne souhaitent pas que les choses s'apaisent." Nicole Klein se réunira, mercredi après-midi, à Matignon avec le Premier ministre Edouard Philippe sur ce dossier.