Cet article date de plus de dix ans.

"Sarkothon" : controverse à l'UMP autour des derniers versements

Les Amis de Nicolas Sarkozy paieront les frais d'envoi de la lettre de remerciement de l'ancien chef de l'Etat. Mais l'UMP prendra en charge les pénalités infligées par le Conseil constitutionnel.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'ancien président Nicolas Sarkozy (à dr.) et le président de l'UMP, Jean-François Copé, saluent les militants à la sortie des bureaux du parti, le 8 juillet 2013, à Paris.  (MARTIN BUREAU / AFP)

"C'est à Sarko de payer !" Jean-François Copé en aurait-il assez que l'UMP prenne en charge les conséquences financières du rejet des comptes de campagne de l'ancien chef de l'Etat par le Conseil constitutionnel ? C'est ce qu'affirme Le Canard enchaîné, mercredi 18 septembre, en précisant qu'en plus des 11 millions récoltés grâce au "Sarkothon" auprès des sympathisants UMP, Nicolas Sarkozy devra sortir de sa poche 516 615 euros, pour régler le solde dû à l'Etat. 

Le Canard précise que Jean-François Copé aurait également refusé de prendre en charge la lettre que l'ancien président a envoyée en remerciement aux donateurs. "Fini d'être sympa avec lui. Sa lettre, il la paiera. Ils sont pleins de fric, à l'association des Amis de Nicolas Sarkozy (...). Ils peuvent bien payer une lettre", aurait lancé Jean-François Copé. 

Des informations démenties, mercredi, par l'entourage du président de l'UMP. Selon les proches de Jean-François Copé, la somme récoltée grâce au "Sarkothon" couvrira "l'intégralité" de ce que Nicolas Sarkozy devait à l'Etat. Quant aux frais liés à la lettre de remerciement, ils seront effectivement pris en charge par les Amis de Nicolas Sarkozy, mais "sans que cela suscite le moindre souci". Et l'entourage de Jean-François Copé de préciser que le président de l'UMP est bien membre de cette amicale "depuis le premier jour", alors que Le Canard enchaîné affirme le contraire...

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.