Nicolas Sarkozy veut reprendre Jeanne d'Arc au FN

Nicolas Sarkozy va lancer aujourd'hui dans les Vosges et la Meuse la commémoration du 600e anniversaire de la naissance de Jeanne d'Arc, sainte et héroïne nationale que les prédécesseurs du chef de l'Etat ont tous célébrée, à l'exception de Georges Pompidou.

(john lee Fotolia.com)

A 106 jours de l'élection présidentielle, le candidat non encore déclaré à sa réélection dispute l'héritage de Jeanne d'Arc au FN. Ce sera l'occasion pour lui de flatter l'électorat le plus conservateur de France, bien que la "pucelle" de Domrémy n'ait pas toujours été l'icône de l'extrême-droite que le Front National (FN) en a fait. Entre les deux tours de l'élection présidentielle de 2007, Nicolas Sarkzoy avait déjà lancé à Rouen  : "Jeanne, c'est la France ". Et il s'était demandé comment la droite républicaine et le centre avaient pu laisser l'extrême-droite la "confisquer ".

L'analyste Gaël Sliman (BVA) voit cependant surtout dans son pèlerinage de vendredi à Domrémy-la-Pucelle et Vaucouleurs une manière de s'inscrire dans la tradition de Charles de Gaulle,
Valéry Giscard d'Estaing, François Mitterrand et Jacques Chirac.
Tous ont sacrifié au culte de la jeune paysanne analphabète, née le 6 janvier 1412 à Domrémy, qui lança de Vaucouleurs en 1429 sa croisade pour "bouter les Anglais " hors du royaume de
France et contribua à changer le cours de la Guerre de Cent ans. Une croisade qui la conduira d'Orléans, libérée le 8 mai 1429, et Reims, où elle fait sacrer roi de France le dauphin Charles, au bûcher de Rouen, où elle est brûlée vive en 1431 après avoir été capturée par les Anglais et jugée pour hérésie.

Nicolas Sarkozy visitera l'église et sa maison natale à Domrémy avant de prononcer un discours à Vaucouleurs.
"Il rappellera l'importance de l'enseignement et de la diffusion de l'Histoire, pourvoyeuse de repères collectifs", précise la présidence de la République.

Le FN crie à la récupération

Pour Gaël Sliman de l'institut BVA, cette volonté de s'imprégner de la "France éternelle " s'inscrit dans une "quête de représidentialisation et de tout ce qui peut faire oublier le président bling-bling et la rupture sarkozienne des débuts ."
Le FN crie pour sa part à la "récupération électorale " et à l'imposture : "Tout le mandat du président sortant a été jalonné par des remises en cause incessantes de l'identité et de l'indépendance de la France ", écrit son secrétaire général.  

La présidente et candidate du FN à la présidentielle, Marine Le Pen, et son père, Jean-Marie, fondateur du parti d'extrême-droite, célébreront pour leur part demain en Jeanne d'Arc un "symbole de la patrie française" devant sa statue, place des Pyramides, à Paris. C'est aussi là que le FN organise chaque 1er mai depuis 20 ans une cérémonie à la mémoire de la sainte.