Nicolas Sarkozy a mis un terme vendredi aux fonctions de son conseiller en charge de la diversité, Abderrahmane Dahmane

Ce dernier avait sévèrement critiqué jeudi le débat sur la laïcité et l'islam voulu par l'UMP."Je n'ai pas l'intention d'être le supplétif alimentaire de Sarkozy ou de (Jean-François) Copé", le secrétaire général de l'UMP, a expliqué Abderrahmane Dahmane à l'AFP.

Abderrahmane Dahmane, ancien conseiller en charge de la diversité de Nicolas Sarkozy, limogé le 11 mars 2011
Abderrahmane Dahmane, ancien conseiller en charge de la diversité de Nicolas Sarkozy, limogé le 11 mars 2011 (AFP/FRED DUFOUR)

Ce dernier avait sévèrement critiqué jeudi le débat sur la laïcité et l'islam voulu par l'UMP.

"Je n'ai pas l'intention d'être le supplétif alimentaire de Sarkozy ou de (Jean-François) Copé", le secrétaire général de l'UMP, a expliqué Abderrahmane Dahmane à l'AFP.

"Il vient de me rendre ma liberté, je vais me mettre en campagne pour défendre la dignité des musulmans de ce pays", a-t-il ajouté.

Jeudi soir, pendant une réunion à la Grande Mosquée de Paris, l'ancien secrétaire national en charge de l'immigration dans le parti présidentiel s'en était pris avec vigueur à son parti: "L'UMP de Copé c'est la peste pour les musulmans."

Il avait appelé ses coreligionnaires à "ne pas renouveler leur adhésion" à l'UMP tant qu'il n'aurait pas annulé le débat prévu le 5 avril. Il avait demandé aux musulmans de l'UMP de "ne pas l'accepter dans les sections s'ils ont une dignité et une fierté".

"Ce débat, voulu par Nicolas Sarkozy pour la défense des musulmans, a été dévié parce qu'à l'UMP il y a des gens très proches du Front national", avait déploré M. Dahmane, qui avait été nommé en janvier à son poste de conseiller technique.