Cet article date de plus de dix ans.

Nancy Pelosi doit quitter la présidence de la Chambre des représentants qu'elle a été la première femme à occuper

Il y a 4 ans, elle menait la fronde démocrate contre G.W. Bush et profitait de la "vague bleue" pour accéder à la présidence de la chambre basse du Congrès, devenant par ses fonctions l'une des femmes les plus puissantes du monde.Mercredi, elle a assuré n'avoir pas de "regret", au lendemain du revers des démocrates aux législatives.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
La "Speaker" du la Chambres des représentants des Etats-Unis, Nancy Pelosi, le 28 octobre 2010 (AFP/EZRA SHAW)

Il y a 4 ans, elle menait la fronde démocrate contre G.W. Bush et profitait de la "vague bleue" pour accéder à la présidence de la chambre basse du Congrès, devenant par ses fonctions l'une des femmes les plus puissantes du monde.

Mercredi, elle a assuré n'avoir pas de "regret", au lendemain du revers des démocrates aux législatives.

En 2007, l'élue de San Francisco y conserve toutefois le siège qu'elle occupe depuis 23 ans.

Interviewée mercredi sur la chaîne ABC, Nancy Pelosi a confié ne pas avoir décidé de ce qu'elle ferait à l'avenir, bien qu'elle ait été réélue pour un mandat de deux ans dans sa circonscription de Californie. "Je vais avoir une réunion avec mon groupe politique, avec ma famille, je vais prier, et ensuite je déciderai", a-t-elle déclaré. "Mais pas aujourd'hui, ce n'est pas le bon jour (...) Nous pensons que nous avons fait ce qu'il fallait et nous avons fait beaucoup d'efforts pendant la campagne pour le faire savoir aux Américains", a-t-elle ajouté.

Nancy Pelosi était devenue la première femme à se hisser au rang de troisième personnage de l'Etat, après le président et le vice-président, portant avec ferveur les valeurs les plus progressistes du parti démocrate.

Une importante alliée d'Obama, qui s'est battue pour la réforme du système de santé
Cette élégante femme brune au sourire éclatant et au langage incisif, mère de cinq enfants et grand-mère de huit, a aidé à réaliser les réformes historiques, adoptées pendant la première partie du mandat de Barack Obama (assurance maladie, régulation financière).

Née le 26 mars 1940 d'une famille italo-américaine mordue de politique (son père fut maire de Baltimore pendant douze ans), Nancy Patricia d'Alesandro Pelosi, diplômée du Trinity College de Washington, est mariée à un homme d'affaires millionnaire.

Importante alliée du président Obama, "Madame Speaker" (présidente de la Chambre) s'est battue pour faire adopter la réforme du système de santé qui doit fournir une assurance maladie à 32 millions d'Américains sur les 46 millions qui n'en ont pas.

Mardi, à deux heures des premières estimations, vêtue d'un tailleur pantalon blanc, Nancy Pelosi est apparue crispée mais encore combative lors d'une réception de militants démocrates dans un grand hôtel de Washington. "Nous ne reviendrons pas à une politique du passé qui a échoué", a lancé cette femme de 70 ans à l'endroit du programme des républicains, invitant les électeurs de la dernière heure "à se battre pour une grande victoire démocrate".

Au début de sa carrière, Nancy Pelosi s'est distinguée en prenant position contre la Chine à la suite du massacre de Tiananmen et est restée depuis une critique de Pékin. Favorable au droit à l'avortement, elle a aussi voté pour une répartition fiscale favorable aux plus pauvres et contre le "mur" anti-immigration érigé à la frontière mexicaine.

Elle a voté contre la guerre en Irak mais aussi pour la loi controversée sur l'éducation "No Child left Behind" de George W. Bush devant relever le niveau de l'éducation publique.

Pelosi s'est battue contre les déductions fiscales pour les riches
Récemment, Nancy Pelosi faisait barrage au renouvellement des déductions fiscales pour les plus riches instaurées par l'administration Bush, qui arrivent à expiration à la fin de l'année. Ses détracteurs la jugent arrogante et sa popularité au plan national est basse. Celle qui a mis ses talents à rassembler des fonds pour les démocrates est la cible privilégiée du camp adverse. Des républicains ont lancé un site, " firenancypelosi" ("vireznancypelosi"), un outil pour lever des fonds pour les élections.

Le républicain , 60 ans, jusqu'ici chef de la minorité républicaine, devrait lui succéder.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.