Cet article date de plus de deux ans.

Mort de Bernard Tapie : l'incroyable parcours d'un homme d'ambitions

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Mort de Bernard Tapie : l'incroyable parcours d'un homme d'ambitions -
Mort de Bernard Tapie : l'incroyable parcours d'un homme d'ambitions Mort de Bernard Tapie : l'incroyable parcours d'un homme d'ambitions - (France 3)
Article rédigé par France 3 - B. Gelot, C. Demangeot, S. Richardson, S. Lacombe
France Télévisions
France 3

Difficile de résumer la carrière de Bernard Tapie, qui a commencé en tant que vendeur de téléviseurs, avant de passer au monde des affaires, s’essayer à la télévision puis à la politique. Adulé ou détesté, l’homme d’affaires, décédé dimanche 3 octobre, n’a laissé personne indifférent. 

Bernard Tapie est décédé dimanche 3 octobre, à 78 ans. Quelques mois plus tôt, en juin, l’homme d’affaires, atteint d’un cancer, donnait sa dernière interview entre les deux tours des élections régionales. Il apparaissait encore pugnace face à ses deux ennemis : sa maladie et le Rassemblement national. "Il y a deux choses que je combats, ce sont les idées et mon cancer. Si vous saviez ce que je lui mets dans la tronche, il est mal tombé", ironisait-il alors. Son cancer, les supporters de l’OM, comme toute la France, l’apprennent fin 2017.

Au cours d’un match, ils n’hésitent pas à montrer leur soutien à l’ancien président à coups de banderoles et de gestes de réconfort. Bernard Tapie, lui qui a hissé l’OM jusqu’à la victoire en Ligue des champions en 1993, était toujours aussi populaire auprès des supporters, vingt ans après son départ du club.

De l’arène de la politique aux planches du théâtre

Parti de rien, il a touché à tout : le sport, les affaires ou la politique. Il est celui qui gagnait un jour et perdait un autre. Passé par la chanson à 23 ans, il se tourne finalement vers les affaires en devenant repreneur d’entreprises. Il met ensuite sa fortune à profit pour se lancer en politique : député en 1988, ministre de la Ville quatre ans plus tard. Il s’illustre par son combat contre Jean-Marie Le Pen et le Front National. 

Plus tard, Bernard Tapie fera un détour par le théâtre en jouant dans des pièces à succès, avant de devenir patron de presse en 2012. En parallèle, il continue de faire la Une des journaux, à la rubrique justice, en raison de ses démêlés avec le Crédit Lyonnais. Il est condamné en 2017 à rembourser 400 millions d’euros. Bernard Tapie s’en est allé après une vie de hauts et de bas, mais toujours menée tambours battants. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.