Mis en cause par Nicolas Sarkozy, Louis Schweitzer lui répond

Nicolas Sarkozy, en annonçant hier la reprise de la Fonderie du Poitou a mis en cause Louis Schweitzer. Le président-candidat a expliqué aux salariés qu’"on n’aurait pas à faire tout ce travail si Renault ne vous avait pas vendus en 1998". À l’époque, Louis Schweitzer dirigeait l’entreprise. Joint par France Info, l'ancien PDG de Renault défend son bilan.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Lundi, face aux salariés de la Fonderie du Poitou, à qui il
annonçait la reprise de l’entreprise, Nicolas Sarkozy a défendu son action en
faveur de la société. Il s’en est aussi pris à l’ancien propriétaire de la Fonderie, Renault, et à son PDG de l’époque, Louis Schweitzer.

Selon
le président-candidat,  "on n’aurait pas eu à faire tout ce travail
si Renault ne vous avait pas vendus en 1998"
. Et Nicolas Sarkozy de
poursuivre : "Le président à l'époque c'était Monsieur Schweitzer dont les opinions politiques sont connues" .

"C'est bien beau d'avoir
un engagement à gauche mais moi je dois réparer les dégâts".

Louis
Schweitzer a notamment été directeur de cabinet de Laurent Fabius à Matignon.

Joint par France Info, l’ancien
PDG de Renault a répondu à ces attaques: "J’ai proposé la session de la Fonderie du Poitou dans des
conditions qui assuraient la pérennité de l’emploi. C'était il y a 14 ans. Pendant beaucoup d‘années,
la pérennité de l’entreprise a été assurée"
.  

Louis Schweitzer a
également précisé avoir toujours dit que "mon engagement politique n’avait pas de lien avec
ma responsabilité de patron"
.

"J’ai toujours dit que je n’étais pas un patron de
gauche mais patron et de gauche."