Cet article date de plus de dix ans.

Minute par minute, Marine Le Pen à Des Paroles et Des Actes

En direct, minute par minute, les principales interventions de Marine Le Pen à l'émission Des Paroles et des Actes, sur France 2, le mercredi 11 avril.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Marine Le Pen à DPDA le 11 avril (DR)

En direct, minute par minute, les principales interventions de Marine Le Pen à l'émission Des Paroles et des Actes, sur France 2, le mercredi 11 avril.

22h14. C'est au tour de Marine Le Pen d'être invitée sur le plateau.

22h16. La candidate du FN est créditée de 14 à 17 % d'intentions de vote. Est-elle prête à accueilir des réfugiés politiques qui fuient la répression syrienne ? "Non, répond-elle. Parce que nous n'avons plus les moyens. Je préfère que ma générosité soit réservée à mes propres compatriotes."

"Ce sont les classes populaires qui subissent l'immigration", ajoute-t-elle.

22h20. Condamne-t-elle le régime syrien de Bachar el-Assad ? "La voie diplomatique est la plus sage", dit-elle, bottant en touche. Marine Le Pen renvoie à Nicolas Sarkozy la faute politique majeure de l'intervention en Libye. "Je condamne tout ce qui fait des morts civils", finit-elle par admettre.

22h24. Marine Le Pen est interrogée sur la stigmatisation de l'immigration qu'elle a faite suite à l'affaire Merah à Toulouse. "Mohammed Merah n'aurait pas été Français, si j'avais été au pouvoir", lance-t-elle. Y'a-t-il un amalgame dans son discours ? "L'amalgame est un argument utilisé pour ne jamais voir les problèmes en Face", répond-elle, en grande forme. "On mélange des Français et des étrangers", objecte David Pujdadas.

22h30. Marine Le Pen est interrogée sur sa position sur l'avortement. "Il y a le droit à l'avortement, pas d'abus", précise-t-elle. Le candidate du Front national dénonce les "avortements de confort" ou "de récidive". "Je demande de faire attention", dit-elle. Etes-vous favorable à la généralisation du pass contraception pour les mineures ? "Non, je considère que les responsables des enfants sont les parents"n répond-elle.

22h35. Marine Le Pen est questionnée sur la dette. François Lenglet (BFM) explique à la candidate que les pays qui pratique une politique de "planche à billet" pour effacer leur dette en produisant de la monnaie voient leur taux d'inflation exploser. Le débat devient technique. "La BCE prête à des banques à 1% (...) les banques prêtent aux Etats à 3%.. (...) c'est une escroquerie majeure", lance-t-elle. "La solution est de sortir du cadre", dit-elle en présentant un schéma pour appuyer sa démonstration.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.