Cet article date de plus de dix ans.

Michèle Alliot-Marie fera" tout" pour la réélection de Sarkozy

L'ancienne ministre des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie, remerciée en février pour cause de controverse sur ses vacances tunisiennes, assure qu'elle fera "tout" pour la réélection de Nicolas Sarkozy.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Michèle Alliot-Marie, en septembre 2010, lorsqu'elle était encore au gouvernement. (AFP - LIONEL BONAVENTURE)

L'ancienne ministre des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie, remerciée en février pour cause de controverse sur ses vacances tunisiennes, assure qu'elle fera "tout" pour la réélection de Nicolas Sarkozy.

L'ex-chef de la diplomatie française, Michèle Alliot-Marie, n'en veut pas à Nicolas Sarkozy. "Je le vois chaque semaine ou presque. Je l'ai au téléphone. Il nous arrive de déjeuner ensemble", déclare -t-elle dans un entretien au Figaro à paraître mardi. Elle est même prête à "tout" pour le voir assurer un second quinquennat : "Je l'ai dit, je souhaite sa candidature. Je veux sa réélection. Je ferai tout pour cela", ajoute-t-elle.

"La capacité de Nicolas Sarkozy à protéger (les Français), son énergie, son autorité sur la scène internationale, la ténacité dont il fait preuve pour moderniser la France seront déterminantes", estime-t-elle, "cela tranchera avec l'absence de vision, de sérieux, d'expérience de ses adversaires". Et elle ne manque pas d'égratigner le Parti socialiste au passage: "À La Rochelle, on n'a entendu que des attaques personnelles ou des surenchères démagogiques sans vision ni projet sérieux", juge-t-elle.

Il faut de la continuité et de la persévérance", insiste MAM, qui juge "normal" que "les sondages soient mauvais dans une période de crise".

Michèle Alliot-Marie évoque le campus UMP et juge réussie la démonstration d'unité du parti majoritaire voulue par Jean-François Copé. "L'atmosphère était celle d'un lancement de campagne, avec une très grande détermination d'unité". Elle estime "normal" qu'il y ait des avis divergents sur le projet UMP et que les dissensions exprimées par Jean-Pierre Raffarin ou Patrick Devedjian n'étaient "pas significatives". "Comme dans une famille, chacun a sa personnalité", argumente-t-elle.

Borloo, un "éloignement" "provisoire"

Mme Alliot-Marie a pronostiqué que "l'éloignement" de l'UMP de Jean-Louis Borloo, "un ami", ne serait "que provisoire". "J'invite Jean-Louis à nous rejoindre, à additionner ses idées aux nôtres", lance-t-elle. Selon elle, l'ex-ministre de l'Ecologie ne peut pas proposer quelque chose de différent : "Je ne vois pas comment quelqu'un qui a adhéré à tout ce qui s'est fait depuis 2007, et même avant, peut incarner une alternative au président de la République".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.