Cet article date de plus de huit ans.

Menacée, la Corée du Nord n'arrêtera pas ses essais nucléaires

La Corée du Nord, qui s'estime menacée par l'alliance renouvelée entre les Etats-Unis et la Corée du Sud et les mises en garde de l'ONU à son égard, continue dans la voie du nucléaire en annonçant envisager d'autres essais. 
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (New Pool Reuters)

La Corée du Nord a annoncé dimanche "ne pas exclure " de procéder à un quatrième essai nucléaire : un message qui indique surtout que le pays, qui se sent menacé, réagit en refusant de se dénucléariser et qu'il renforce son armement pour parer à tout évènement. 

Si la Corée du Nord a l'impression que l'étau se resserre, c'est parce qu'en début d'année, la communauté internationale a envoyé plusieurs signaux pour manifester son mécontentement au sujet de la possession nord-coréenne de l'arme nucléaire. En janvier 2014, John Kerry se rendait en visite officielle en Corée du Nord pour y rencontrer son homologue sud-coréen et renforcer leur alliance.. tout spécialement au sujet du nucléaire nord-coréen. "Les Etats-Unis et la République de Corée restent fermement sur le sujet de l'opposition aux programmes nucléaire et de missiles balistiques et aux activités de prolifération de la Corée du Nord et la communauté internationale se tient à nos côtés ", avait affirmé Kerry lors de sa visite. 

L'ONU a également produit plusieurs condamnations à l'égard de la Corée du Nord. Pour la première fois fin février, des juristes mandatés par l'ONU établissaient un réquisitoire accablant et argumenté contre le régime nord-coréen, l'accusant de crimes contre l'humanité à grande échelle. Samedi, le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU votait à la majorité absolue une résolution demandant que le Conseil de sécurité se saisisse de la question des crimes contre l'humanité en Corée du Nord "afin de mettre fin à leur impunité ".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.