A Roissy, Hollande et Valls relativisent la menace terroriste

Le président et son ministre de l'Intérieur ont effectué une visite surprise à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, sur le thème de la sécurité. 

François Hollande salue des policiers à l\'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, en compagnie du ministre de l\'Intérieur, Manuel Valls, jeudi 18 avril 2013. 
François Hollande salue des policiers à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, en compagnie du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, jeudi 18 avril 2013.  (AFP )

La visite ne figurait pas à son agenda officiel. François Hollande et son ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, sont arrivés peu avant 8h30, jeudi 18 avril, à l'aérogare II de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, où ils ont inspecté le dispositif Vigipirate. Objectif du déplacement : rassurer les Français, trois jours après les attentats de Boston (Massachusetts, Etats-Unis). 

"Il y a des menaces, et c'est parce qu'il y a des menaces qu'il y a des dispositifs. Et en même temps, il ne faut pas grossir la menace, a prévenu le chef de l'Etat. Il s'agit simplement de protéger les Français du mieux possible." Si les mesures de sécurité ont été renforcées en France à la suite des explosions meurtrières survenues lundi à l'arrivée du marathon de Boston, le plan Vigipirate est au stade "rouge renforcé" dans l'Hexagone, depuis le début de l'intervention militaire française au Mali en janvier.

"Il y a des menaces qui concernent particulièrement la France, depuis que nous avons pris des dispositions par rapport au Mali, il y en a par rapport à notre position par rapport à la Syrie, il y en a par rapport à la lutte que nous avons engagée contre le terrorisme", a-t-il poursuivi, rappelant que la sécurité des Français était "garantie".