Cet article date de plus de dix ans.

Mélenchon revendique "l'essentiel de la dynamique de la gauche" au premier tour

Déçu, le Front de Gauche, de sa quatrième place au 1er tour ? Même pas mal ! Sur son blog mercredi, Jean-Luc Mélenchon se félicite d'avoir fait grimper le score global de la gauche, passée de 13,3 millions en 2007 à 15,7 millions en 2012.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Jean-Luc Mélenchon le soir du premier tour (22 avril 2012) (MARTIN BUREAU / AFP)

Déçu, le Front de Gauche, de sa quatrième place au 1er tour ? Même pas mal ! Sur son blog mercredi, Jean-Luc Mélenchon se félicite d'avoir fait grimper le score global de la gauche, passée de 13,3 millions en 2007 à 15,7 millions en 2012.

Le Front de Gauche a analysé les chiffres du premier tour. Et ne trouve qu'à se féliciter de son score à deux chiffres (11,1%), même s'il n'a pas gagné son pari d'arriver devant le Front national (17,9%).

L'heure est donc à l'optimisme, a expliqué mercredi 25 avril à la presse François Delapierre, directeur de la campagne Mélenchon. "Sarkozy et Hollande ont monopolisé pendant des mois 75% du temps d'antenne radios et télés" mais ils "ne totalisent à eux deux qu'à peine 43 % des inscrits sur les listes électorales".

Sur mercredi, Jean-Luc Mélenchon note que "l'essentiel de la dynamique de la gauche vient de la percée du Front de Gauche. Nous apportons les deux tiers des voix supplémentaires comptées à gauche."

Marine Le Pen a conquis l'électorat de droite populaire

François Delapierre s'est réjoui du recul de Nicolas Sarkozy dans les urnes, qui a perdu "1,8 million d'électeurs par rapport à 2007".

Et de préciser que "l'électorat le plus fidèle et mobilisé est celui de la grande bourgeoisie, comme l'attestent les scores du candidat-président à Versailles (46,5%) ou à Neuilly (72,64%)".

En revanche, il pointe, comme la baisse des résultats du président "dans la partie plus populaire de l'électorat de droite....A Marseille, à Perpignan en milieu populaire ou à Meaux chez Jean-François Copé, Sarkozy passe de 34 % à 27 %.. Cette perte se fait au seul profit de l'extrême-droite", qui a gagné 2,3 millions de voix par rapport à 2007.

"L'extrême-droitisation accélérée de la droite populaire"

"Le processus en cours qui se lit dans les chiffres c'est celui de l'extrême-droitisation accélérée de la droite populaire", estime, toujours sur son blog, le candidat du Front de Gauche.

Pour lui, "70% de la progression de Marine le Pen vient du recul de Sarkozy." "Une transfusion", ajoute-t-il.

La gauche progresse en voix

"Le total des voix de gauche augmente fortement par rapport à la dernière présidentielle, en passant de 13,3 millions (36,4%) à 15,7 millions (43,7%). C'est le meilleur score global de la gauche à une présidentielle depuis 1988", souligne encore Jean-Luc Mélenchon dans le billet posté mercredi.

"Mais, continue-t-il, le score de François Hollande n'est responsable que d'une petite partie de cette progression. L'essentiel, les trois-quarts, vient de la percée du Front de Gauche." Et d'égrener perfidement les fiefs de Pierre Moscovici ou Manuel Valls, où le PS n'a guère progressé.

Pour le Front de Gauche, 3 millions de voix gagnées depuis les européennes

"L'analyse d'un résultat électoral est un enjeu idéologique", écrit aussi Jean-Luc Mélenchon.

Aussi le Front de Gauche loue-t-il sa spectaculaire progression après quatre ans à peine d'existence (oubliant au passage une de ses composantes, le PCF, né en 1920). Et il cite les 3 millions de voix gagnées depuis les européennes de 2009 (même si présidentielle et européennes ne sont guère comparables).

Plus lyrique encore, l'économiste et soutien de Jean-Luc Mélenchon, Jacques Généreux, évoquait au soir du premier tour une progression de "0 à 12% en quatre ans". "Une marche a été montée, on ne va pas regretter de ne pas en avoir gravi deux !"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.