Cet article date de plus de douze ans.

Martinique: poursuite des discussions

Les discussions devaient reprendre vendredi entre le patronat et le collectif du 5 février qui anime la grève
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les discussions devaient reprendre vendredi entre le patronat et le collectif du 5 février qui anime la grèveLes discussions devaient reprendre vendredi entre le patronat et le collectif du 5 février qui anime la grève

Ce mouvement contre la vie chère, qui paralyse l'économie insulaire, est entré dans sa 5e semaine.

Deux entreprises, employant quelque 80 salariés au total, ont déjà été placées en lock-out, fermeture volontaire par les patrons qui entraîne une suspension des contrats de travail.

Ses voix commencent à s'élever chez les salariés du privé qui craignent de perdre leur emploi. Dans le mêm temps, le MEDEF a entrepris de communiquer chaque jour des chiffres illustrant l'impact de la grève et des blocages des principales zones industrielles.
Selon l'organisation patronale, 25.000 touristes ont annulé leur séjour depuis le début du conflit, alors que 60 millions de bananes ont été perdues, sur la même période, bloquées au port ou sur les plantations.

Au centre de Fort-de-France, capitale de la Maetinique, la plupart des magasins gardent toujours leur rideau de fer baissé, même si certains tentaient de timides ouvertures de quelques heures.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.