Cet article date de plus de dix ans.

Martine Aubry veut baisser le salaire du président

Martine Aubry, candidate à la primaire PS, a proposé jeudi de revoir à la baisse le salaire du président de la République si elle est élue à l'Elysée
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Martine Aubry entourée d'Elisabeth Guigou et d'Anne Hidalgo (AFP/PIERRE VERDY)

Martine Aubry, candidate à la primaire PS, a proposé jeudi de revoir à la baisse le salaire du président de la République si elle est élue à l'Elysée

Elle juge par ailleurs que le gouvernement augmentait les risques d'une récession avec son plan d'austérité, après l'annonce du plan d'austérité détaillé mercredi par le premier ministre François Fillon.

"Je pense aussi qu'aussitôt arrivée, je reverrai à la baisse le salaire du président et des ministres", a déclaré Mme Aubry interrogée sur les premières mesures qu'elle prendrait par un lecteur d'Aujourd'hui en France/Le Parisien. "172% d'augmentation de salaire, comme l'a fait le président en pleine crise, ce n'est pas bien", a-t-elle ajouté au sujet de l'augmentation du salaire de Nicolas Sarkozy à plus de 19.000 euros votée fin 2007 dans le budget 2008. "Il faut montrer aux gens qu'on s'applique d'abord à soi-même ce qu'on va faire".

"On réduit les déficits, mais on accroît les risques d'une récession", a par ailleurs déclaré Mme Aubry sur RTL, interrogée sur le plan d'austérité présenté la veille par le Premier ministre.

"On peut faire de la relance à condition de la financer", a-t-elle ajouté, rappelant un point du programme PS (modulation de l'impôt sur les sociétés de 20 à 40% en fonction des bénéfices réinvestis). "C'est l'arbre qui cache la forêt", a-t-elle jugé au sujet de la contribution exceptionnelle sur les ménages disposant de revenus supérieurs à 500.000 euros par an. "L'impôt de solidarité sur la fortune n'est pas touché. On vient de leur donner 1,8 milliard, on leur demande 200 millions d'euros".

"C'est toujours non à la règle d'or", a poursuivi Martine Aubry, rappelant que le Parti socialiste a refusé à l'unanimité mardi ce texte proposé par le gouvernement pour un retour à l'équilibre budgétaire.

"Je sens un soutien des Français qui me font confiance", a-t-elle dit au sujet de la campagne de la primaire socialiste, alors que François Hollande la devance dans les sondages. "François Hollande est parti trois mois avant moi. Moi, je suis fière d'avoir travaillé pendant ces trois mois. J'étais à la tête du Parti socialiste".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.