Martine Aubry écrit "une lettre aux Français"

La candidate à la primaire socialiste présente ses "principales propositions" et "la France que je veux" dans un texte de 8 pages adressé aux Français qui sera distribué par ses soutiens.

Martine Aubry
Martine Aubry (AFP)

La candidate à la primaire socialiste présente ses "principales propositions" et "la France que je veux" dans un texte de 8 pages adressé aux Français qui sera distribué par ses soutiens.

"Je vous écris pour vous parler de la France. Pour vous dire que notre pays n'est pas voué au déclin", écrit Martine Aubry au début de cette lettre rédigée cet été. "Des solutions existent", estime-t-elle.

Voulant "rendre à la France sa force, sa sérénité et son unité", la maire de Lille affirme: "Rien ne sera facile. Je veux une gauche sérieuse et ambitieuse. Sans sérieux, rien n'est faisable. Sans ambition, rien ne change". "Je veux partager avec vous mon idée de la France", dit-elle, répétant en leitmotiv "Ma France" comme un écho à la célèbre chanson de Jean Ferrat.

"Ma France c'est celle où l'on vit bien ensemble, par delà les origines et les différences", "ma France est laïque", "ma France, c'est celle qui n'a pas peur de s'ouvrir au monde", affirme-t-elle évoquant également "le sens de (son) engagement européen dans la fidélité au combat de (son) père Jacques Delors".

La crise occupe une large part du document. Elle réaffirme ses propositions "pour une croissance durable et riche en emplois": taxe sur les transactions financières, Communauté européenne des énergies.. "L'Europe doit retrouver sa vocation, son sens et sa volonté".

"La droite n'a pas de leçon de sérieux à donner en matière financière", assure la patronne du PS en congé de ses fonctions, "depuis dix ans, l'UMP a créé 70 milliards d'euros de dépenses fiscales inutiles et injustes".

Mme Aubry réaffirme au passage ses propositions en matière fiscale: annulation des 50 milliards des niches fiscales, suppression des avantages fiscaux des multipropriétaires, taxation des revenus du capital comme les revenus du travail. Parmi ses autres priorités, elle énonce: "tout pour l'emploi, le pouvoir d'achat, l'éducation et la sécurité".