Cet article date de plus d'onze ans.

Martine Aubry a critiqué mercredi soir sur France 2 le discours de politique générale de François Fillon

"On a entendu François Fillon se féliciter du taux de chômage - on croît rêver! - se féliciter de l'augmentation du pouvoir d'achat et de la baisse de l'insécurité", a relevé la Première secrétaire du PS."On a l'impression qu'ils (MM.Fillon et Sarkozy) vivent tous les deux à côté de la réalité de ce que vivent les Français", a estimé Martine Aubry.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Martine Aubry, le 24 novembre sur France 2. (France 2)

"On a entendu François Fillon se féliciter du taux de chômage - on croît rêver! - se féliciter de l'augmentation du pouvoir d'achat et de la baisse de l'insécurité", a relevé la Première secrétaire du PS.

"On a l'impression qu'ils (MM.Fillon et Sarkozy) vivent tous les deux à côté de la réalité de ce que vivent les Français", a estimé Martine Aubry.

"Moi je pense à tous ces moins de 25 ans qui n'ont pas de travail, à tous ces seniors qu'on met en dehors des entreprises, à toutes ces familles qui n'arrivent pas à joindre les deux bouts. Je crois qu'elles ont l'impression que François Fillon vit dans un autre pays, comme le président d'ailleurs", a-t-elle insisté (voir vidéo).

"Gouverner aujourd'hui, c'est faire des choix", a souligné la maire de Lille. "On attendait d'un Premier ministre qu'il nous dise aujourd'hui comment le pays va sortir de la crise et retrouver le chemin de la croissance et de l'emploi".

La dirigeante socialiste a ensuite défendu plusieurs mesures du contre-plan de relance mis au point par le PS, comme la baisse du taux de l'impôt sur les sociétés qui choisissent de réinvestir leurs profits plutôt que de verser leurs dividendes aux actionnaires, ou l'annulation de la défiscalisation des heures supplémentaires pour réattribuer ces "4 milliards qui ne servent à rien" à créer "300.000 emplois pour les jeunes."

Lire aussi:

>

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.