Martine Aubry a affirmé samedi que "la République et notre démocratie sont abîmées" par "trois ans de sarkozysme"

Le première secrétaire du PS a donc promis de "réparer la France" si le PS gagne en 2012.Martine Aubry profite ainsi d'une convention sur la rénovation du PS pour travailler sa stature présidentielle et n'hésite plus à prophétiser la succession de l'UMP en 2012.

Martine Aubry à la Convention nationale du PS au Carroussel du Louvre le 03/07/10
Martine Aubry à la Convention nationale du PS au Carroussel du Louvre le 03/07/10 (AFP Jacques Demarthon)

Le première secrétaire du PS a donc promis de "réparer la France" si le PS gagne en 2012.

Martine Aubry profite ainsi d'une convention sur la rénovation du PS pour travailler sa stature présidentielle et n'hésite plus à prophétiser la succession de l'UMP en 2012.

La première secrétaire du PS a martelé à plusieurs reprises: "Nous sommes amenés à rénover -hélas- par l'évolution même du pouvoir qui abîme notre démocratie. Le pacte social est précarisé, le pacte républicain est fragilisé. C'est çà le bilan de la présidence de Nicolas Sarkozy!", a-t-elle déclaré sous les applaudissements.

"Nous ne nous préparons pas seulement à succéder à l'UMP, mais à réparer la France. (...) Si la démocratie est abîmée par trois ans de sarkozysme, la République aussi est effondrée dans ses fondements", a-t-elle jugé, évoquant notamment l'école et l'hôpital.

"La rénovation (du PS) prend tout son sens face au régime que met en place le président de la République. Face au régime des excès et des confusions des rôles, nous travaillons à une rénovation démocratique qui dépasse très largement notre parti et s'adresse aux Français", a-t-elle déclaré en citant au passage "l'affaire Bettencourt-Woerth".

Martine Aubry a conclu son discours en disant : "L'UMP -je le dis et le regrette- abîme la démocratie et le PS se propose de la reconstruire", a-t-elle assuré.

Sur le même sujet :