Marine Le Pen : "Je suis la candidate de la réindustrialisation"

La patronne du Front national a cultivé ce thème lors de ses vœux à la presse, tout en attaquant Nicolas Sarkozy et François Hollande.

(Nathanael Charbonnier Radio France)

Marine Le Pen ne lâche pas le sujet de la réindustrialisdation de la France. Pour elle, Nicolas Sarkozy et François Hollande, tenants du "oui" aux traités de Maastricht et de Lisbonne, n'ont "aucune crédibilité" sur les questions de réindustrialisation. Et la candidate du FN de scander : "Je suis et je serai la seule et unique candidate de la Nation, du protectionnisme et de la réindustrialisation".

Protectionnisme

Marine Le Pen dit vouloir faire d'un protectionnisme "intelligent" et "pragmatique" , celui qui règle le problème de la concurrence déloyale. Selon elle, de très nombreux pays, notamment en Amérique du Sud, ont choisi cette voie et la France "ne doit pas rester isolée dans une politique et une idéologie du libre-échange". La chef de file du FN fait notamment la proposition de taxer de 35% les prestations des services délocalisés.
Pour elle, comme la production, les prestations immatérielles, les prestations de services, "n'ont ainsi aucune raison d'échapper au protectionnisme nécessaire pour protéger les salariés (français, ndlr) de ces secteurs".