Cet article date de plus de douze ans.

Marine Le Pen à la Réunion, des échauffourées sur son chemin

Plusieurs manifestations ont émaillé le parcours de la candidate du FN à la Réunion. L'un des responsables du FN dans l'île compte porter plainte contre le maire d'une de ses communes.
Article rédigé par Alexandre Chassignon
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Franceinfo (Franceinfo)

Un comité d'accueil
hostile l'attendait à l'aéroport. La présidente du Front national et candidate à
la présidentielle a rejoint précipitamment sa voiture, bouquet de fleurs
à la main. Dans l'aéroport, des
militants du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) brandissaient des pancartes "rasis déor " (racistes
dehors, en créole) et chantaient le maloya, une musique imaginée par
des esclaves.

Devant le bâtiment, d'autres
manifestants criaient "Le Pen dehors " et un homme a tenté de l'asperger
d'eau. "C'est une manif ridicule. Ils ne sont que 10 et ce sont toujours
les mêmes
", a relativisé Jean-Claude Otto-Bruck, le secrétaire général du
FN-Réunion.

Le cordon de gendarmes
contourné

Ils étaient plus
nombreux, environ 200, à proximité du temple tamoul que Marine Le Pen a visité
cet après-midi. Quelques minutes avant son arrivée, un groupe mené par Claude
Hoarau, le maire communiste de Saint-Louis, a contourné le dispositif des
gendarmes. L'un des responsables
locaux de la sécurité du FN, Joseph Damour, a alors demandé à l'élu si les manifestants
étaient des "employés communaux ". Des huées et une échauffourée s'en
sont suivies.

"J'ai été bousculé, agressé, je vais porter plainte contre
le maire de Saint-Louis
", a affirmé Joseph Damour. "Madame Le Pen a le
droit de venir ici ; nous avons le droit de manifester. Mais je ne suis pas
prêt d'accepter qu'on nous insulte
", a réagi Claude Hoarau.

Le
calme revenu, Marine le Pen a visité le temple, pieds nus comme le veut la
coutume. "*La vraie Réunion n'est pas celle des employés qu'on a fait venir,

  • a-t-elle accusé. Elle est chaleureuse. Les Réunionnais attendent des réponses
    des candidats à la présidence de la République. Je viens leur dire ce que j'ai
    dans le coeur et les tripes
    ".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.