Mariage homosexuel : Sarkozy évoque une "abrogation" de la loi

A deux semaines de l'élection du président de l'UMP, les trois candidats au poste ont passé samedi leur grand oral devant le mouvement "Sens commun" créé par des militants de l'UMP à l'occasion de la "Manif pour tous". Et le candidat Sarkozy a éclairci sa pensée. Il se prononce pour l'abrogation de la loi Taubira.

(Meeting de Nicolas Sarkozy, candidat a la présidence de l UMP, le 15 novembre à Aulnay-sous-Bois © Maxppp)

Nicolas Sarkozy, candidat à la présidence de l'UMP, s'est prononcé samedi pour une réécriture totale de la loi Taubira sur le mariage homosexuel.  C'est la première fois que l'ancien président de la République, qui s'exprimait lors d'un meeting du mouvement "Sens commun", émanant de "La Manif pour tous", prend position de façon aussi nette sur le sujet. "La loi Taubira (...) devra être ré-écrite de fond en comble ", a-t-il déclaré. 

 

Nicolas Sarkozy : "La loi Taubira devra être ré-écrite de fond en comble"
--'--
--'--
 "L'amour homosexuel doit avoir de la reconnaissance sociale. Cela ne me choque pas (...) Le Pacs n'est pas suffisant ", a poursuivi Nicolas Sarkozy. "La gauche pense que la différence est une injustice (...) Moi, je crois à la différence. Je veux un mariage pour les homosexuels, un mariage pour les hétérosexuels, qui tiennent  compte justement de la différence ", a-t-il conclu.

Réaction du député-maire UMP de Colomiers Franck Riester, l'un des soutiens de Bruno Le Maire : "Nicolas Sarkozy a cédé à la salle"
--'--
--'--

Hervé Mariton dit non, Bruno Le Maire fait front

Encore plus clairement que Nicolas Sarkozy, Hervé Mariton, lui aussi candidat à la présidence de l'UMP, est le seul à la tribune à avoir dit franchement "non" à la loi Taubira. "Il faut abroger la loi Taubira. Ce qu’une loi fait, une loi peur le défaire ", a-t-il lancé sous les applaudissements.

Bruno Le Maire enfin, qui s’était abstenu de voter sur ce texte à l’Assemblée, a fait front en rejetant toute idée d’abrogation de la loi Taubira. "Nous ne reviendrons pas, nous la droite républicaine, sur le mariage homosexuel, et je maintiens cette conviction ", a-t-il affirmé avec courage et sous les huées.

 

Julien Langlet, du service politique de France Info, a suivi ces trois heures et demi de débats entre les trois candidats à la présidence de l'UMP. Reportage
--'--
--'--