Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo Olivier Besancenot craint les dérives contre les opposants au gouvernement

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
 -
Mots croisés du 13 avril 2015 - ()
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions

Dans "Mots croisés" diffusé sur France 2 et Francetvinfo lundi 13 avril, Olivier Besancenot est revenu sur les potentielles dérives de la future loi sur le renseignement. Extrait. 

Alors que le projet de loi sur le renseignement est débattu en ce moment à l'Assemblée nationale, Olivier Besancenot, invité sur le plateau de Mots croisés lundi 13 avril, a exprimé ses craintes : les éventuelles surveillance et mise sur écoute des opposants politiques et des organisateurs de manifestation et le pouvoir accru du gouvernement. 

"C'est le Premier ministre qui décidera"

Il a notamment pointé du doigt le faible pouvoir de la commission de contrôle, "qui n'aura qu'un pouvoir consultatif a posteriori et que, quoi qu'il en soit, c'est rappelé dans le projet de loi, c'est le Premier ministre qui décidera. [...] C'est-à-dire – parce que pas besoin d'avoir fait l'ÉNA pour comprendre – que ce sera le pouvoir politique. On a le droit de se poser une certain nombre de questions."

Il a également souligné qu'un seul motif de mise en place du système de surveillance sur sept concernera le terrorisme. "Admettons par exemple que le gouvernement parte en guerre [...]. Admettons qu'une partie de la population soit contre cette guerre-là et a décidé de manifester [...]. Ceux et celles qui organiseront une manifestation [...] – comme la Ligue des droits de l'homme, comme le Syndicat de la magistrature [...] – auraient le droit d'être sur écoute", a conclu Olivier Besancenot. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.