Cet article date de plus de huit ans.

Loi sur la famille : l’UMP fait reporter le calendrier

La loi sur la famille ne sera pas votée le 28 mai. Une autre date devra être proposée. L’UMP a réussi à faire reporter la fin des débats, alors qu’il restait près de la moitié des amendements à examiner.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Loi sur la famille : débat reporté © Maxppp)

L’UMP revendique le coup de théâtre qui s’est joué à l’Assemblée nationale, dans la nuit de mercredi à jeudi. Des députés parlent de victoire, sur le report sine die de la fin des discussions sur l’autorité parentale. Seulement 360 des 700 amendements ont pu être examinés et le débat a été suspendu à 01h30. Le vote était prévu le 28 mai, il faudra trouver une autre date dans un calendrier parlementaire déjà surchargé.

Une victoire revendiquée par l'UMP

Depuis le coup d’envoi des débats lundi, l’UMP se montre pointilleuse sur chaque article et défend âprement chacun des amendements déposés. Résultat, les discussions ont pris beaucoup de retard. Il a fallu suspendre les débats dans la nuit : le député UMP, Daniel Fasquelle, crie victoire sur twitter :

 

 

 

 

La proposition de loi sur l’autorité parentale est une version allégée du projet de la grande loi sur la famille, abandonné en février, après la montée au créneau de la Manif pour tous. Le nouveau texte est décrié depuis lundi par une grande partie des députés UMP qui accusent la gauche de vouloir "casser les repères " de l’enfant. Les critiques les plus vives ont porté sur la reconnaissance du rôle des grands-parents et la garde alternée, en cas de séparation.

L’adoption du texte "ne pourra pas être entravée"

Même avec un calendrier bouleversé, la loi passera. C’est en résumé le message qu’ont fait passer deux députés PS dans la nuit : la rapporteure du budget Marie-Anne Chapdelaine et le chef de file des députés socialistes sur ce texte Erwann Binet. Signal identique envoyé par la secrétaire d’Etat à la famille Laurence Rossignol :

"Le gouvernement ne laissera pas tomber ce texte dans les oubliettes de l’obstruction parlementaire. Je vous donne rendez-vous pour continuer l’examen du texte."

Reste à savoir à quelle date ? Le calendrier parlementaire est déjà très rempli avec notamment la réforme pénale et le collectif budgétaire. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.