Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo "Ce n'est pas ma droite" : Renaud Muselier ne veut pas de David Lisnard pour la présidence des maires de France

Publié Mis à jour
Article rédigé par franceinfo
Radio France

L'Association des maires de France (AMF) doit désigner à partir de mardi son nouveau président. Renaud Muselier, le président de la région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur a réaffirmé son soutien au maire UDI de Sceaux, Philippe Laurent, plutôt qu'à David Lisnard, maire LR de Cannes.

Alors que débute le 103e congrès de l'Association des maires de France (AMF) afin d'élire son nouveau président, Renaud Muselier, le président Les Républicains de la région Sud Provence-Alpes-Côte-d'Azur, a adressé lundi une lettre à tous les maires de sa région pour les "appeler à voter pour Philippe Laurent", élu UDI, contre David Lisnard, pourtant du même parti et de la même région que lui. "Je préfère le plus compétent", s'est-il expliqué mardi 16 novembre sur franceinfo.

"L'immense majorité des maires de France ne sont pas étiquetés, rappelle Reanud Muselier. Ils ont besoin d'être représentés et défendus par des gens qui sont représentatifs et qui les connaissent parfaitement." Renaud Muselier estime que Philippe Laurent, maire de Sceaux, en banlieue parisienne, correspond au profil puisqu'il est "maire d'une petite ville et secrétaire général de l'AMF". "Est-ce que la ville de David Lisnard, Cannes, est représentative des maires de France ? Pas sûr", estime Renaud Muselier.

"David Lisnard avait fait campagne pour mon adversaire du RN"

Renaud Muselier a également reproché à David Lisnard de se "présenter seul" alors que la liste de Philippe Laurent est composée de "quatre maires de la région Paca". Renaud Muselier rappelle également que David Lisnard ne l'avait pas soutenu aux régionales, "ni au premier tour, ni au deuxième tour". "Il a clairement fait campagne pour mon adversaire du Rassemblement national" ajoute le président de la région Paca. Ce n'est pas ma droite, comme celle de monsieur Ciotti. Moi, je suis dans la culture de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy, jamais de compromission avec l'extrême droite."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.