Thierry Solère, président du comité d'organisation de la primaire : "Il faut que le résultat soit incontesté"

Le premier tour des primaires de la droite est prévu le 20 novembre, le second tour le 27 novembre. Thierry Solère, président du comité d'organisation de la primaire, a présenté les trois conditions pour en faire une "primaire réussie".

Thierry Solère, député Les Républicains des Hauts-de-Seine et président du comité d\'organisation de la primaire
Thierry Solère, député Les Républicains des Hauts-de-Seine et président du comité d'organisation de la primaire (THOMAS PADILLA / MAXPPP)

Ils seront sept candidats à participer à la primaire de la droite et du centre pour l'élection présidentielle en 2017. La Haute autorité de la primaire a recalé Hervé Marmiton en raison d'un nombre insuffisant de parrainages valides d'adhérents du parti Les Républicains.

Les électeurs pourront choisir le 20 et 27 novembre entre Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Fillon, Bruno Le Maire, Jean-François Copé, Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-Frédéric Poisson, dirigeant du Parti chrétien-démocrate (PCD).

Pour Thierry Solère, président de la Commission nationale d’organisation de la primaire, cette campagne "est l'occasion d'un grand débat".

franceinfo : un code de bonne conduite sera-t-il mis en place pendant la campagne ?

Thierry Solère : La primaire, cela doit être l'occasion pour ces sept personnalités d'un grand débat. Les Français l'attendent. L'élection présidentielle, c'est l'année prochaine. C'est dans sept mois. Le droite et le centre doivent arriver à rassembler. Le vainqueur de cette primaire, le 27 [novembre] au soir, sera notre candidat à tous en vue de l'élection présidentielle. Et il a de grande chance de remporter l'élection présidentielle.

On se trouve le centre dans cette primaire ?

Le centre en France, il est éclaté. D'abord, il est au sein des Républicains. Je vous rappelle que Les Républicains est un parti de la droite et du centre. Nous sommes 200 députés à l'Assemblée nationale. Là où il y a plus de députés centristes à l'Assemblée, c'est dans le groupe Les Républicains. Ensuite vous avez l'UDI. Ils sont 28 parlementaires à l'Assemblée. L'immense majorité d'entre eux soutient Nicolas Sarkozy, François Fillon, Bruno Lemaire, Alain Juppé. Et après vous avez François Bayrou qui a dit sa préférence à l'endroit d'Alain Juppé. (… ) La droite et le centre doivent être rassemblés.

Les bureaux de vote seront-ils bien répartis sur tout le territoire ?

Il y en a 10 228, autant que des stations-service dans ce pays. Vous voyez, c'est très simple. Quand vous habitez à la campagne, il n'y aura pas 1h30 de voiture à faire pour aller voter à la primaire, et si vous habitez en ville, il y en aura suffisamment pour pas qu'il y ait des queues d'une heure le jour du scrutin.(...) Une primaire réussie c'est trois choses. C'est une primaire qui mobilise beaucoup de Français. 28 % des Français envisagent d'aller voter à cette primaire. C'est considérable. Deuxième chose, cette primaire doit donner lieu à vrai débat, pas un pugilat.(…) Troisième chose, il faut que le résultat soit incontesté. Ça c'est mon travail ainsi que celui d'Anne Levade la présidente de la Haute autorité.

Thierry Solère, président du comité d'organisation de la primaire : "nous avons proscrit les procurations, car c'est toujours par les procurations que les ennuis arrivent"
--'--
--'--