Cet article date de plus de quatre ans.

François Fillon : le candidat à droite veut faire 100 milliards d'euros d'économie en cinq ans

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
François Fillon : le candidat à droite veut faire 100 milliards d'euros d'économie en cinq ans
Article rédigé par
France Télévisions

Parmi les défis que François Fillon doit relever, figure l'explication de son programme de rupture, déjà critiqué lors de la primaire. France 2 s'intéresse aux quatre points sensibles du programme du candidat de droite.

France 2 s'intéresse aux quatre points sensibles du programme de François Fillon. Sur le temps de travail, fini les 35 heures : les salariés du privé pourront travailler jusqu'à 48 heures, la durée maximum légale en Europe. L'entreprise négociera en interne le seuil à partir duquel les heures supplémentaires se déclencheront. Pour les fonctionnaires, François Fillon veut passer à 39 heures par semaine. Il ne garantit pas d'augmentation de salaire. Cette hausse compenserait la suppression de 500 000 postes dans la fonction publique. Concernant la Sécurité sociale, l'assurance maladie est conservée, mais elle couvre seulement les dépenses pour les maladies graves ou de longue durée. Pour tout le reste, il faut souscrire à des assurances complémentaires privées.

Fin de l'ISF et augmentation de la TVA

Le candidat à la présidentielle promet également de réformer les allocations. Il est favorable à la création d'une allocation sociale unique qui regroupera toutes les prestations sociales ainsi que l'allocation chômage et elle sera plafonnée. Objectif : contrer ce que François Fillon nomme "le piège de l'assistanat". Dernier chantier dans le domaine de la fiscalité : l'ex Premier ministre veut supprimer l'ISF et augmenter la TVA de deux points. Il prévoit aussi une baisse de l'impôt sur les sociétés. Objectif : réaliser 100 milliards d'euros d'économie sur le budget de l'État en cinq ans.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Primaire de la droite

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.