Les Républicains : le vide avant la reconstruction

Laurent Wauquiez est parti, mais rien n'est réglé chez les Républicains. La droite craint de revivre une guerre des chefs à neuf mois des municipales.

France 3

À Versailles (Yvelines), fief historique de la droite, la liste LR est arrivée deuxième derrière la liste LREM aux européennes. Après la démission de Laurent Wauquiez, beaucoup demandent des changements dans le parti. Même constat chez certains cadres, qui, avec une nouvelle tête, espèrent une ligne moins conservatrice. "Laurent Wauquiez avait une ligne qui était claire, ce n'était sans doute pas la bonne. Il faut évidemment s'ouvrir. Il faut tout ouvrir. On a besoin d'être un parti ouvert de la droite au centre", propose le député de l'Oise Éric Woerth.

Réunion mardi

Pour l'heure, Jean Léonetti assure l'intérim avant une élection prévue d'ici deux mois. Parmi les futurs candidats, Gérard Larcher, Valérie Pécresse, Bruno Retailleau ou encore Éric Woerth, Guillaume Larrivé, Geoffroy Didier ou Guillaume Peltier sont pressentis. D'autres prônent une direction collégiale. À moins d'un an des municipales, il faut endiguer la fuite des élus locaux. Une nouvelle réunion est prévue mardi 4 juin au siège des Républicains pour entamer le chantier de la reconstruction.

Le JT
Les autres sujets du JT
De nombreux journalistes attendent devant le siège des Républicains après la démission de Laurent Wauquiez, le 3 juin 2019 à Paris.
De nombreux journalistes attendent devant le siège des Républicains après la démission de Laurent Wauquiez, le 3 juin 2019 à Paris. (JACQUES DEMARTHON / AFP)