L'ancien maire du Havre Antoine Rufenacht, figure de la droite, est mort à l'âge de 81 ans

Chiraquien, Antoine Rufenacht avait dirigé la ville entre 1995 et 2010. Il avait également dirigé la campagne de Jacques Chirac pour la présidentielle de 2002. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'ancien maire du Havre Antoine Rufenacht, lors d'une cérémonie d'hommage au préfet Claude Erignac, le 6 février 2018 à Ajaccio (Corse-du-Sud).  (LUDOVIC MARIN / POOL / AFP)

L'ancien maire UMP du Havre (Seine-Maritime), Antoine Rufenacht, est mort à l'âge de 81 ans, selon les informations du Figaro samedi 5 septembre. La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, ainsi que la députée de Seine-Maritime Agnès Firmin Le Bodo, ont également réagi à sa mort sur Twitter. 

Ancien membre des gouvernements de Raymond Barre, de 1976 à 1978, Antoine Rufenacht s'était spécialisé sur les thématiques d'aménagement du territoire et d'équipement, rappelle Le Figaro. Député de Seine-Maritime entre 1975 et 1981, puis entre 1986 et 1995, il avait été élu cette même année à la mairie du Havre, après pas moins de quatre candidatures, rappelle le quotidien. La ville était alors un fief du PCF depuis plusieurs décennies. Sept ans plus tard, Antoine Rufenacht avait été le directeur de campagne de Jacques Chirac pour sa réélection à la présidentielle de 2002. 

"Le Havre perd un grand homme"

L'ancien maire du Havre avait quitté ses fonctions en octobre 2010, laissant sa place à son adjoint, Edouard Philippe. "Le renouvellement, c'est la vie", avait-il alors déclaré, relève Le Figaro. 

"Le Havre perd un grand homme !", a réagi samedi sur Twitter la députée de Seine-Maritime, Agnès Firmin Le Bodo. "L'homme par qui notre ville a retrouvé sa fierté, l'homme par qui notre ville est sur la voie de la renaissance. Ns lui devons une profonde reconnaissance", a-t-elle ajouté.

Lors de l'université de rentrée des Républicains au Port-Marly (Yvelines), le président du parti, Christian Jacob, a salué un "grand homme", "de conviction""C'est une part de nous-mêmes qui s'en va", a déclaré le maire de Troyes François Baroin, invité vedette de la rentrée des Républicains. 

La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a quant à elle salué son "impeccable parcours politique". C'était "un grand monsieur, par son élégance, sa loyauté et ses convictions", a-t-elle déclaré sur Twitter. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Les Républicains

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.