Cet article date de plus de six ans.

Les Républicains : "Pas de raison de changer une équipe qui gagne"

France Info vous le révélait ce mardi matin : un remaniement est à l'étude au parti Les Républicains. Nicolas Sarkozy réfléchit à plusieurs changements au sein de l'équipe de direction. Le parti dément. Trop tôt sans doute pour en parler.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Nathalie Kosciusko-Morizet et Laurent Wauquiez pourraient quitter la direction après les régionales © MAXPPP)

Les Républicains sont apparemment fans de Molière. Rue de Vaugirard aujourd'hui, c'est "cachez ce remaniement que je ne saurais voir". Officiellement du moins. Sébastien Huyghes, un des porte-parole du parti, a expliqué mardi que "c'est une vue de l'esprit. L'ensemble de l'équipe dirigeante travaille d'arrache-pied à créer une nouvelle vague bleue à l'occasion des élections régionales. Et en aucun cas n'est à l'ordre du jour une modification de l'organigramme des Républicains. Il n'y a pas de raison de changer une équipe qui gagne ".

 

"Il n'y a pas de raison de changer une équipe qui gagne" (Sébastien Huygues)
écouter

Une équipe qui gagne mais où les problèmes sont pourtant identifiés. Plusieurs sources l'ont révélé à France Info. Nathalie Kosciusko-Morizet devrait quitter la direction. Trop de liberté de parole, trop de désaccords sur la ligne politique du parti. Les têtes de liste aux régionales pourraient également faire les frais de la réorganisation en cas de victoire. Nicolas Sarkozy veut des dirigeants davantage disponibles et investis. Premier concerné : Laurent Wauquiez, candidat en Rhône-Alpes-Auvergne, numéro 3 du parti, qui est aussi député et maire. Egalement sur le départ : Lydia Guirous, porte-parole contestée. Une équipe qui gagne en attendant les régionales. Et d'ici là, silence dans les rangs.

A LIRE AUSSI ►►► Remaniement en vue au sein de l'état-major du parti Les Républicains

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.