Les ministres ont publié jeudi une "déclaration d'intérêts" qui se limite à un secteur d'activité "précisément défini"

Le gouvernement s'y était engagé à la suite de la série de scandales au printemps 2010 et à l'affaire Woerth-Bettencourt.Les ministres se sont exécutés. Via le portail internet du gouvernement. Une "déclaration" sur l'honneur, souvent peu détaillée, pour prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.

Les déclarations d\'intérêts des ministres sont désormais accessibles sur le site du gouvernement.
Les déclarations d'intérêts des ministres sont désormais accessibles sur le site du gouvernement. (AFP - Eric Feferberg)

Le gouvernement s'y était engagé à la suite de la série de scandales au printemps 2010 et à l'affaire Woerth-Bettencourt.

Les ministres se sont exécutés. Via le portail internet du gouvernement. Une "déclaration" sur l'honneur, souvent peu détaillée, pour prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.

Les ministres n'ont pas à déclarer l'ensemble de leurs biens mais seulement ceux dont la valeur est susceptible d'être directement influencée par des décisions gouvernementales. Les propriétés immobilières ne sont ainsi pas évoquées.

Par ailleurs, seules leurs participations supérieures à 5.000 euros ou à 5% du capital d'une entreprise doivent être signalées par les membres du gouvernement.

Au delà de cette initiative, un projet de loi est prévu avant la mi-juin ainsi que la création d'un poste de "déontologue" à l'Assemblée.

Petit inventaire

François Fillon signale qu'il détient des actions EDF et Crédit agricole, dont la "gestion est confiée, pendant l'exercice des fonctions ministérielles, à un intermédiaire agréé".

La ministre des Sports, Chantal Jouanno, déclare posséder des actions Pernod-Ricard ; le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, un Plan d'épargne en actions (PEA) au Crédit agricole.

Le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, dispose de parts dans des organismes de placement collectif liés à la Banque Rothschild.

Voir le site du gouvernement