Cet article date de plus de neuf ans.

Les détenus sont invités à s'inscrire eux aussi sur les listes électorales

L'association d'aide aux détenus Robin des Lois a lancé dimanche 25 décembre une campagne pour l'inscription des prisonniers sur les listes électorales en vue de l'élection présidentielle de 2012.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les détenus peuvent s’inscrire sur les listes électorales (AFP)

L'association d'aide aux détenus Robin des Lois a lancé dimanche 25 décembre une campagne pour l'inscription des prisonniers sur les listes électorales en vue de l'élection présidentielle de 2012.

Voter, même quand on est prison. C'est ce pourquoi milite l'association Robin des Lois avec sa nouvelle campagne pour l'inscription des prisonniers sur les listes électorales. Le responsable de l'association, François Korber, a annoncé dimanche que les détenus pouvaient désormais se faire domicilier auprès de la prison .

"C'est très important... c'est très simple... il leur suffit d'aller au greffe de la prison ou de voir leur conseiller d'insertion et de probation", a expliqué M. Korber, lui-même ancien détenu. "Le délai expire le 30 décembre", rappelle-t-il.

Certains détenus sont déjà inscrits sur une liste électorale et votent par procuration, mais beaucoup d'autres ne l'ont jamais été. Or "sauf décision spéciale et motivée", "toutes les personnes détenues conservent leur droit de vote et doivent l'exercer en 2012", a t-il insisté.

"Changer la prison"

"Très importante nouveauté", voire même "petite révolution", a t-il dit, la loi pénitentiaire du 24 novembre 2009 permet aux prisonniers de se faire domicilier dans l'établissement où ils sont détenus, puis de voter par procuration.

L'association, a assuré par ailleurs M. Korber dans un communiqué, "interrogera les principaux candidats à l'élection présidentielle sur leurs intentions en matière de politique pénale et leurs engagements en faveur, par exemple, de l'aide à la réinsertion". "Les 10 à 50.000 personnes concernées (en incluant les familles) auront connaissance de ces engagements et pourront choisir le candidat le plus à même de 'changer la prison' et le sens de la peine", a -t-il conclu.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.