Les anti-mariage pour tous toujours mobilisés malgré l'été

Le Conseil d'Etat a confirmé mardi le dépôt le 2 août dernier d'une requête d'une association familiale opposée au mariage pour tous, qui demande l'annulation de l'application de la loi. Un exemple parmi d'autres que la mobilisation contre le mariage homosexuel ne faiblit pas, près de trois mois après l'adoption du texte.

(Stephane Mahe Reuters)

Trois mois que le la loi autorisant le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels a été promulguée. Et alors que l'été aurait pu marquer la fin de la mobilisation, les anti-mariage pour tous poursuivent leurs actions contre le texte.

Requête devant le Conseil d'Etat

Le Conseil d'Etat a confirmé mardi le dépôt le 2 août d'une requête de l'Union des Familles en Europe (UFE) qui demande l'annulation de l'application du texte. Dans un communiqué, l'UFE estime que la loi du 17 mai 2013 est "contraire aux traités signés par la France et doit être déclarée inapplicabl e".

L'association considère que cette loi viole le Pacte international relatif aux droits civils et politique adopté par l'ONU le 16 décembre 1966, entré en vigueur en 1976 et ratifié par la France le 28 mai 1981. Ce texte précise que "le droit de se marier et de fonder une famille est reconnu à l'homme et la femme à partir de l'âge nubile ".

Du coup, l'association réclame l'annulation du décret d'application du 24 mai 2013, ainsi que l'arrêté daté du même jour sur la modification du livret de famille et la circulaire du 29 mai du ministère de la Justice. L'UFE précise que si elle était déboutée par le Conseil d'Etat, elle porterait l'affaire devant le Comité des droits de l'Homme de l'ONU.

Le conseil d'Etat a précisé que l'association familiale n'était pas le seul organisme à avoir déposé une requête pour obtenir l'annulation de la loi du 17 mai 2013 : d'autres demandes en ce sens ont également émané de l'Union départementale des assocations familiales des Hauts-de-Seine (UDAF 92), de la Confédération nationale des associations familiales catholiques et de Franck Meyer, maire de Sotteville-sous-le-val (Seine-Maritime) et président du collectif des maires pour l'enfance.

Mobilisés jusqu'à la rentrée

Cette tentative d'annulation de la loi est une nouvelle preuve que la mobilisation des anti-mariage pour tous n'a pas faibli, malgré les grandes vacances.

Dans son édition du week-end, le quotidien Libération rapportait que depuis le début de l'été,  les drapeaux et slogans des manifestants ont été aperçu sur les routes du Tour de France, à Rome devant le Parlement italien au moment de l'examen d'un texte sur la pénalisation de l'homophobie ou encore lors des Journées mondiales de la Jeunesse, au Brésil. Des veillées sont également régulièrement organisées dans plusieurs villes françaises. 

Le collectif de la Manif pour Tous a même trouvé un stratagème pour que les opposants restent mobilisés : organiser un concours de photos sur Facebook, en incitant les internautes à se faire photographier sur leurs lieux de vacances avec leurs drapeaux ou les visages peinturlurés de slogans contre le mariage pour tous.

Point de mire de cette mobilisation continue : une université d'été qui se tiendra les 14 et 15 septembre au bois de Vincennes, et durant lesquels devraient être décidés de futures actions pour la rentrée.