Législatives : le député socialiste Jérôme Lambert vit dans un logement social car "les loyers sont trop chers à Paris"

Selon des documents consultés par "Mediapart", l'élu de Charente paie 971 euros de loyer pour un logement de 95 m2. C'est presque trois fois moins cher que le marché privé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le député socialiste Jérôme Lambert, le 28 novembre 2017, à l'Assemblée nationale. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

La campagne pour les élections législatives de Jérôme Lambert ne se passe décidément pas tout à fait comme prévu. Quelques jours après avoir été désinvesti par la Nupes, celui qui se lance en dissident dans la 3e circonscription de Charente doit maintenant s'expliquer sur une autre affaire. Mediapart révèle en effet, jeudi 19 mai, que l'élu socialiste bénéficie d'un logement à loyer intermédiaire du parc social Paris Habitat depuis près de vingt ans.

Selon des documents consultés par le site d'investigation, il s'agit d'un logement de 95 m2 situé dans le 18e arrondissement de Paris pour un loyer fixé à 971 euros (hors charges). "Sur le marché privé, le montant du loyer pour un tel bien avoisinerait au minimum 2 300 euros par mois, selon les estimations disponibles", relève Mediapart. 

"Rien de moralement choquant"

Jérôme Lambert, connu pour être le plus ancien député de France et le neveu de François Mitterrand, confirme vivre désormais seul dans cet appartement de cinq pièces depuis qu'il est en procédure de divorce. "Il n'y a pas de règle, on peut les occuper. Ce n'est pas une HLM", justifie-t-il, en ajoutant qu'il n'y a "rien de moralement choquant".

"Vous savez, le prix des loyers à Paris, c'est quand même quelque chose. La rémunération des députés est importante mais pas suffisante pour se loger au-delà de ce loyer-là, sauf à résider à l'Assemblée ou à l'hôtel."

Jérôme Lambert, député socialiste

à Médiapart

Sollicité par Mediapart, un responsable de Paris Habitat assure qu'il n'était pas au courant : "Nous vérifions scrupuleusement les attributions, encore plus après les périodes électorales, mais ce député a échappé à notre vigilance. (...) Ce logement avait été attribué à sa compagne en 1997 et lorsqu'il s'est déclaré co-occupant, il n'a pas signalé ses revenus." Jérôme Lambert affirme qu'il a prévu de quitter son logement d'ici "fin juin".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.