Cet article date de plus d'onze ans.

Le PS retire sa candidate dans la 3e circonscription du Vaucluse pour "faire barrage au Front national"

Martine Aubry, première secrétaire du PS, a demandé, lundi 11 juin, à sa candidate de se retirer dans la 3e circonscription du Vaucluse pour "faire barrage au Front national" représenté par Marion Maréchal-Le Pen arrivée en tête au premier tour.
Article rédigé par Olivier Biffaud
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Marion Maréchal-Le Pen lors du défilé du 1er mai 2011 (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

Martine Aubry, première secrétaire du PS, a demandé, lundi 11 juin, à sa candidate de se retirer dans la 3e circonscription du Vaucluse pour "faire barrage au Front national" représenté par Marion Maréchal-Le Pen arrivée en tête au premier tour.

Il ne sera pas dit que si Marion Maréchal-Le Pen (Front national) est élue députée, dimanche 17 juin, ce sera grâce au Parti socialiste.

Après analyse des résulats du premier tour dans la 3e circonscription du Vaucluse, le PS a décidé de demander à sa candidate arrivé en troisième position de ne se retirer du second.

Catherine Arkilovitch (PS) a recueilli, le 10 juin, 21,98% des suffrages exprimées et 13,57% des électeurs inscrits, ce qui lui permettait de se maintenir, derrière Mme Maréchal-Le Pen (34,63% des voix) et Jean-Michel Ferrand, député (UMP) sortant (30,03%).

"En espérant que le candidat UMP se montre digne de ce choix"

Lors d'un point de presse, lundi matin au siège du PS, la première secrétaire, Martine Aubry, a déclaré : "Devant le risque d'élection du Front national, nous avons demandé à notre candidate de retirer sa candidature et nous appelons à faire barrage au Front national en espérant que le candidat UMP se montre digne de ce choix".

Compte tenu de ses réserves de voix, la candidate socialiste n'avait aucune chance d'être élue dans cette triangulaire.

Pour autant, ce retrait n'assure pas M. Ferrand d'un report mécanique des suffrages socialistes du premier tour sur son nom, qui lui vaudrait, à coup sûr, une élection assez facile, Mme Maréchal-Le Pen ne disposant, elle-même, d'aucune réserve.

Obtenir la réciprocité dans une autre circonscription

A tout le moins, ce "désistement républicain" met le PS à l'abri d'une accusation : celle de favoriser l'élection d'une représentante de l'extrême droite en se maintenant dans la triangulaire. La circonscription n'a pas été choisie au hasard puisqu'il s'agit, symboliquement, d'atteindre la famille Le Pen.

Ce geste, évidemment, n'est probablement pas tout à fait dénué d'arrières-pensées dont l'une est d'obtenir la réciprocité dans une autre circonscription où le candidat du PS devancerait celui de l'UMP... derrière un candidat du FN. Dans la 3e du Gard, par exemple.

Au final, ce retrait de Mme Arkilovitch place Mme Maréchal-Le Pen dans une situation beaucoup moins confortable pour conquérir la circonscription. Reste à savoir si les électeurs socialistes entendront l'appel de Mme Aubry à "faire barrage au Front national"... en allant voter à droite, le 17 juin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.