Cet article date de plus d'onze ans.

Le parlement du PS a adopté mardi un texte sur un nouveau modèle de développement, socle de son projet présidentiel

Selon la première secrétaire du parti, qui s'exprimait devant le Conseil national du parti réuni à la Mutualité, ce texte pour nouveau modèle de développement économique, social, écologique", marque le "début de la reconquête".Martine Aubry a dénoncé "la période libérale-autoritaire qu'incarne le sarkozysme" et "l'hyperprésidence qui est en panne".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Martine Aubry, le 27 avril 2010 à la Maison de la Mutualité à Paris, lors du conseil national du PS. (AFP/JACQUES DEMARTHON)

Selon la première secrétaire du parti, qui s'exprimait devant le Conseil national du parti réuni à la Mutualité, ce texte pour nouveau modèle de développement économique, social, écologique", marque le "début de la reconquête".

Martine Aubry a dénoncé "la période libérale-autoritaire qu'incarne le sarkozysme" et "l'hyperprésidence qui est en panne".

Elaboré sous la houlette de Pierre Moscovici, le texte a remporté l'adhésion de tous les courants du parti. Sa tonalité globale est de gauche, "une gauche solidaire et forte de ses valeurs", a souligné la maire de Lille pour qui "nous vivons une crise de civilisation, nous devons répondre par une offensive de civilisation".

Selon la patronne des socialistes, "il faut changer, pas seulement adapter", la gauche au pouvoir ne veut plus se contenter de gérer "mais être "une gauche de transformation".

"Le texte sera enrichi par les sympathisants, les militants et tous les Français", a promis Mme Aubry. Il sera soumis au vote des militants le 20 mai, avant d'être entériné lors d'une Convention nationale le 29 mai.

Le PS va continuer sur sa lancée: un texte sur la rénovation du parti avec le projet de primaires pour la désignation du candidat à la présidentielle (vote militant fin juin et convention nationale début juillet, un document sur l'international (en septembre-octobre) et un autre sur l'égalité réelle (en novembre-décembre).

L'unanimité
"On n'est plus dans l'accommodement du capitalisme, nous proposons un nouveau modèle" pour "assainir le système, en tirant les leçons de la crise", a estimé le porte-parole du parti, Benoît Hamon.

"C'est un bon texte, qui arrive au bon moment, qui produit un bon rassemblement", s'est félicité Jean-Christophe Cambadélis pour qui "pour la première fois, le PS, le socialisme français peut aller à l'offensive".

Henri Emmanuelli, de l'aile gauche, "se réjouit que le PS soit rassemblé". Pour lui, "ce texte renoue avec l'analyse politique" et "permet le dialogue de façon très politique avec toutes les forces de gauche".

C'est "un chaînon entre la déclaration de principe du parti - qui était idéologique - et ce que sera son programme", a résumé Alain Bergounioux, historien du parti et membre de sa direction.

Au moment où percent les rivalités entre présidentiables pour 2012, des ténors ont rendu hommage à Martine Aubry qui a "rassemblé le parti" (Marie-Noëlle Lienemann), "l'a mis au travail" (Laurent Fabius), "a donné une autre image du parti" (Jean-Noël Guérini).

Les propositions
Le document contient de nombreuses propositions notamment la création d'"un Pôle public d'investissement industriel", une "sécurité sociale professionnelle". Il propose surtout une "révolution fiscale" avec la suppression du bouclier fiscal et "la fusion de l'impôt sur le revenu et de la CSG" et une "refondation" de l'Impôt sur la fortune.

Pour protéger l'environnement, il prévoit un modèle d'"éco-production", "moins gourmand en énergie", "économe en ressources naturelles épuisables", tout en jugeant le "nucléaire inévitable aujourd'hui" et prône une fiscalité écologique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.